Mercredi 20 Novembre, 2019

Je m’en souviens, un film avec un twist final surprenant

Je m’en souviens, un film avec un twist final surprenant

Je m’en souviens, un film avec un twist final surprenant

Après sa grande première à l’hôtel Karibe le 20 juillet dernier, le film Je m’en souviens a encore drainé une foule de cinéphiles le dimanche 25 août au palais municipale de Delmas. Une réalisation signée Robenson Lauvince qui a embroché les amoureux du cinéma du début jusqu’à la fin, avec un twist final inattendu et émouvant.

Un joli travail du réalisateur haïtien Robenson Lauvince, qui a réuni un petit lot d’acteurs pour une réalisation de « standard international » comme l’a souligné l’humoriste haïtien Mazora de son vrai nom Auguste Mondésir avant la projection du nouveau film du réalisateur de Married man.

7h PM, la foule commence à grossir au-devant du palais municipal, ce qui engendre un embouteillage à Delmas 33 où les gens se bousculent pour avoir accès à l’enceinte de la mairie et assister au tout dernier chef d’œuvre de Lauvince. « Je n’ai pas été au Karibe, je ne veux pas manquer cette séance » a lancé cette jeune femme portant une jupe courte, du haut de ses talons pointus. Elle se fraie un passage parmi la foule en soulevant son jeton de mille gourdes.

Le décor étant bien planté, 8h PM, le MC de la soirée, l'humoriste Mazora fait son apparition sur scène après quelques hits bien choisis par le DJ. Quelques blagues et histoires drôles pour amuser le public, visiblement impatient de découvrir le film. « Ann komanse » a-t-on entendu au milieu du public.

Le synopsis

« Je m’en souviens » raconte l’histoire d’une femme, malgré une vie remplie (membre des forces spéciales au Canada, une famille: un mari et une petite fille), ressent un vide qui la ronge du plus profond de son être. Ayant appris que son père n’est pas réellement son père biologique, elle décide de partir en quête de son vrai père en revenant en Haïti pour confronter sa mère sur la question. Une rencontre fortuite avec un « parfait inconnu accroc à la cigarette» va changer sa vie à jamais.

Cette 6e réalisation de Robenson Lauvince est bien accueillie. Le film met en vedette entre autres, Naika Souffrant et Samuel Daméus qui ont épaté plus d’un par leurs talents d’acteurs qui étaient jusque-là inconnus du public.

Le dernier produit de Lauvince sera projeté le 7 décembre prochain au Canada pour le bonheur des fans selon Junior Rigolo qui lui aussi fait figure d’acteur dans ce long métrage. « Le film est très apprécié » a commenté le comédien qui se dit très satisfait du feedback jusqu’à présent. « A la grande première à l’Hôtel Karibe, nous avons eu plus de 1200 personnes » s’est réjoui l’artiste qui annonce d’autres projets cinématographiques pour 2020.

Mise à part quelques problèmes scénaristiques, de sonorisation, de faux raccords, ou pour la plupart des acteurs qui n’étaient pas vraiment dans leur rôle ou leur peau, « Je m’en souviens » est un film qui vaut le détour. Un long métrage avec un twist final capable de vous faire verser quelques gouttes de larmes.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :