Samedi 19 Octobre, 2019

Israël dit avoir frappé à nouveau des cibles iraniennes en Syrie

Une photo distribuée par l'agence de presse officielle syrienne Sana montre la défense anti aérienne syrienne intervenant contre des tirs de missiles israéliens selon les médias d'Etat, le 21 janvier 2019
SANA/AFP - -

Une photo distribuée par l'agence de presse officielle syrienne Sana montre la défense anti aérienne syrienne intervenant contre des tirs de missiles israéliens selon les médias d'Etat, le 21 janvier 2019 SANA/AFP - -

Israël a frappé dans la nuit ce qu'il a présenté comme des cibles iraniennes en Syrie, causant la mort de 11 soldats selon une ONG et poursuivant une confrontation à risques engagée depuis plusieurs mois sur un théâtre syrien en plein changement.

Elles se produisent au moment où le régime syrien, soutenu par l'Iran, le Hezbollah, mais aussi la Russie, a repris après plus de sept ans de guerre le contrôle des deux tiers du pays face aux rebelles et jihadistes, et où le retrait annoncé des Etats-Unis crée l'incertitude.

"L'aviation a porté hier soir un coup sévère contre des cibles iraniennes en Syrie après que l'Iran eut tiré de là-bas un missile vers Israël. Nous ne laissons pas passer de tels actes d'agression, ni les efforts de l'Iran pour s'établir militairement en Syrie", a dit le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors de l'inauguration d'un nouvel aéroport.

Elle s'en est aussi pris à des batteries syriennes qui avaient décoché des dizaines de missiles vers les appareils israéliens, a dit à des journalistes un porte-parole de l'armée israélienne, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus. L'armée syrienne avait pourtant été prévenue de ne pas se mêler de l'affaire, a-t-il assuré.

L'agence de presse officielle syrienne Sana a rapporté que la défense anti-aérienne avait intercepté des "dizaines de cibles ennemies". L'armée israélienne dit n'avoir essuyé aucune perte ni dommage.

Les frappes de la nuit constituent la réponse à un tir de missile sol-sol iranien de moyenne portée dimanche vers la partie occupée par Israël du plateau du Golan.

Le projectile tiré dimanche de Syrie était un "missile de fabrication iranienne, mis en oeuvre par des soldats iraniens", selon l'armée israélienne. Il a été intercepté par le système anti-aérien "dôme de fer", mais aurait pu menacer la populaire station de sports d'hiver du mont Hermon à un moment où s'y trouvaient des milliers d'Israéliens, a-t-il relevé.

Le gouvernement israélien mène une campagne diplomatique et médiatique contre l'Iran, qu'il accuse de mener des activités nucléaires dangereuses et dont il dénonce les agissements au Liban, dans la bande de Gaza et en Syrie.

Longtemps, Israël est resté discret sur ses menées syriennes. Mais il y a huit jours, M. Netanyahu a confirmé que l'aviation y avait frappé ces dernières années des "centaines" de cibles iraniennes ou du Hezbollah. Dans le même temps, le chef d'état-major sortant Gadi Eisenkot faisait état de "milliers de cibles" iraniennes et du Hezbollah frappées par Israël, surtout à partir de janvier 2017.

Certains analystes estiment aussi qu'une telle publicité sert M. Netanyahu à l'approche des législatives du 9 avril.

M. Amidror minimise toutefois l'influence russe sur les activités israéliennes. "Les Russes ont bien compris depuis le début la logique de ce que nous faisons".

Il a fait plus de 360.000 morts, déplacé des millions de personnes, et bousculé l'équilibre géopolitique régional.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :