Lundi 15 Juillet, 2019

Israël dit avoir abattu un avion syrien, version différente à Damas

Des soldats israéliens dans le sud de la partie du plateau du Golan occupée et annexée par Israël, près de la province syrienne de Deraa, le 24 juillet 2018

Des soldats israéliens dans le sud de la partie du plateau du Golan occupée et annexée par Israël, près de la province syrienne de Deraa, le 24 juillet 2018

Israël a annoncé mardi avoir abattu un avion de chasse syrien qui avait pénétré dans l'espace aérien qu'il contrôle sur le plateau du Golan, une version démentie par Damas qui a affirmé que l'appareil menait des opérations antijihadistes dans le sud syrien.

Jonathan Conricus, porte-parole de l'armée israélienne, a indiqué lors d'une conférence de presse téléphonique qu'un "Sukhoi 22 ou 24" avait été "touché après avoir pénétré de 2 km" dans l'espace aérien contrôlé par Israël, dans le sud du Golan occupé.

"L'avion s'est écrasé dans la partie sud du plateau du Golan syrien", a expliqué Jonathan Conricus.

- "Ennemi israélien" -

Le régime de Damas accuse depuis longtemps Israël de soutenir l'EI et des groupes d'opposition.

Justifiant l'opération israélienne, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a qualifié l'incident de "violation claire de l'accord de séparation de 1974".

Jonathan Conricus a assuré que "l'incident" était clos mais que les forces israéliennes "restaient bien sûr en alerte élevée".

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a indiqué mardi soir que les opérations aériennes avaient drastiquement baissé après l'incident, et que les intenses bombardements que les aviations russe et syrienne avaient menés en début de journée dans le sud-ouest syrien s'étaient quasiment arrêtés.

Pays voisins, Israël et la Syrie n'ont jamais conclu de traité de paix. Israël s'est emparé en 1967 de la majeure partie du plateau du Golan, qu'elle a annexée en 1981. Cette annexion n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.

Lundi, l'armée israélienne avait annoncé avoir tiré sur deux roquettes lancées depuis la Syrie.

Lors d'une rencontre lundi à Jérusalem entre M. Netanyahu et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, la Russie a proposé que les forces iraniennes soient maintenues à une distance de 100 km de la ligne de démarcation sur le plateau du Golan, selon un responsable israélien.

Ces bénévoles sont devenus célèbres pour leurs opérations de secours dans les zones rebelles bombardées mais le régime de Bachar al-Assad et ses alliés les considèrent comme liés à des groupes jihadistes.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :