Samedi 20 Juillet, 2019

Insécurité: les autorités annoncent un plan d’action et une réponse

Paul Eronce Villard, Commissaire du gouvernement / Photo : Le National

Paul Eronce Villard, Commissaire du gouvernement / Photo : Le National

Renforcement des patrouilles policières, réactivation de la permanence, intensification des opérations… des instructions claires ont été passées à la police en vue d’arrêter les individus armés et les déférer par devant la justice, ont annoncé ce jeudi les autorités suite à la fusillade ayant fait, hier soir, au moins cinq morts à Carrefour-Feuilles.

Luckson Saint-Vil

“Suite à ce qui s’est passé à Carrefour-Feuilles, une réponse appropriée sera donnée dans les heures qui viennent”, rassurent les autorités policières et judiciaires, qui ont tenu une réunion spéciale autour du climat d’insécurité. Un plan d’action de sécurité a été mis en place en vue de mettre la main au collet des bandits et rétablir la paix dans le pays, ont-ils aussi informé.

 

Dans son intervention, le Premier ministre nommé a adressé ses mots de sympathies aux victimes. Pour Jean Michel Lapin, ce qui s’est passé à Carrefour-Feuilles est inacceptable. “C’est un problème de société. Tout le monde est menacé”, a déclaré Lapin suite à une réunion spéciale de haut niveau sur l’insécurité.

Parallèlement, le chef du Conseil supérieur de la Police nationale invite toutes les autorités de l’Etat à coopérer avec la police, dans le cadre de la lutte contre le banditisme. “Qu’ils soient simple citoyen ou officiels, personne ne sera exempt des fouilles, dans les zones d’opération”, a averti Jean Michel Lapin.

De son côté, le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince annonce que la permanence du parquet sera visible à travers les rues de la capitale. “On aura plus d’opérations et de patrouilles mobiles”, a averti Paul Eronce Villard. Cependant, le commissaire du gouvernement souligne que malgré ces mesures et dispositions, si la société ne s’implique pas, il n'y aura pas de grands résultats.

 

Qu’il soit du pouvoir législatif, exécutif ou judiciaire, le chef de la poursuite a lancé un appel solennel à tous les officiels du pays, en vue de poser un acte d’engagement en se désolidarisant des hommes armés qui terrorisent la population. “Dans n’importe quel pays, quand un officiel est accusé d’être en connivence avec un chef de gang, il devrait remettre sa démission dans les prochaines 24 heures”, a dit Villard.

Le commissaire du gouvernement sollicite la collaboration des citoyens, afin d’apporter une solution définitive au problème de l’insécurité qui ronge le pays. Pour tout dénonciation, Paul Eronce Villard demande à la population de dénoncer les bandits armés, en appelant au 3604-9602.

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :