Samedi 20 Juillet, 2019

Insécurité en Haiti: Jovenel Moïse entre promesses et lourds défis

Le président de la République Jovenel Moise.

Le président de la République Jovenel Moise.

Face à la recrudescence de l’insécurité dans la capitale et dans certaines villes reculées du pays, Jovenel Moïse dit avoir passé des « instructions claires pour contrer les bandits » qui menacent la paix dans les foyers.

C’est via twitter que le chef de l’État a fait cette déclaration dans la soirée du mardi 16 avril, environ six mois après le drame de La Saline où des chefs de gangs ont assassinés plus d’une dizaine de personnes, retrouvées des jours après sur des ordures. Maisons incendiées et pillées, 6 femmes violées : tel était le bilan de la fondation Je Klere, dirigée Marie Yolène Gilles.

Autres faits : 20 janvier, lors des festivités pré-carnavalesques organisées à Champ-de-Mars, Jameson Edmond, 30 ans, a été abattu au vu de tous devant le stand de la mairie de Port-au-Prince. La police avait ouvert une enquête pour déterminer les causes de cet assassinat. Jusqu’à date, les résultats ne sont pas encore communiqués par les autorités.

Lire : Pré-carnaval : un homme abattu devant le stand de a mairie de Port-au-Prince

20 février 2019, un policier du nom de Simon Jackson et un chauffeur de Tap-Tap ont été tués à Martissant (lire ici), zone sud de Port-au-Prince assiégée depuis un bon bout de temps par des individus lourdement armés  semant la terreur.

4 avril dernier, lors d’une opération menée par les forces de l’ordre en vue d’appréhender Arnel Joseph, redoutable chef de gang, deux policiers étaient morts par balles suite aux échanges de tirs entre la troupe de Village de Dieu et les agents. Deux écoliers étaient sortis blessés de cette intervention encore une fois ratée. Dans le cadre de cette affaire, un policier arrêté avoue avoir informé à Arnel des stratégies de la PNH. Il a été remis à la Direction Centrale de la Police Judiciaire, DCPJ. Autant croire qu’il y a des agents de police qui servent d’antenne à ce notoire bandit qui défie l’institution à longueur de journée.

Lire : La police « devrait avoir honte », a déclaré le chef de gang Arnel

Hier mardi 16 avril, des rafales d’armes automatiques étaient entendues au Bicentenaire, entraînant la fermeture du parlement. Sans compter les nombreux cas d’individus décapités, brûlés dans la localité de Tokyo (La Saline). Et les hommes de « Bout Jean Jean » sont suspectés d’être l’auteur de ces crimes et d’avoir mis feu encore une fois au marché de la Croix-des-Bossales.

Lire : SOS : le marché de la Croix-des-Bossales encore une fois incendié

Cette sombre situation est qualifiée de « guérilla » par le Premier Ministre nommé Jean Michel Lapin, annonçant que de nouvelles dispositions seront adoptées. Quant à Jovenel Moïse, il a affirmé avoir rencontré les plus hautes responsables de la sécurité du pays à qui il dit avoir passé des instructions claires en vue de prendre des mesures urgentes pour contrer les bandits.

Rien n’est encore sûr quant à l’éventualité de faire revenir le calme et la paix à l’approche des élections.

Rappelons d’ailleurs que le gouvernement, via son Secrétaire d’État à la Sécurité Publique, Ronsard Saint-Cyr, avait promis qu’Haïti sera plus sécuritaire en 2019, comparé  à 2018 où 415 cas de décès ont été enregistrés dont 60% dans la commune de Port-au-Prince. Force est de constater que de janvier à avril, on ne compte que des morts par balles dans la capitale.

 

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :