Dimanche 18 Novembre, 2018

Insécurité à Canaan : plus d'une dizaine de personnes tuées

Depuis plusieurs jours, l’insécurité bat son plein dans la localité de Canaan. Des membres de la population vivent un enfer instauré par des bandits armés dans ce vaste bidonville créé après le séisme du 12 janvier 2010. Ce climat d’insécurité a déjà coûté la vie à plus d’une dizaine de personnes. Plusieurs maisons sont également incendiées, vendredi dernier notamment à Canaan 50 et 70.

Des femmes enceintes et enfants, sont les principales victimes de ce climat d’insécurité. Une femme en pleine ceinture dont le mari a été tué par balles, le week-end dernier était malheureusement incapable d’expliquer les faits. A chaque fois qu’elle essaie de s’exprimer, ses pleurs lui en empêchaient.

Des membres de la population accusent le nommé Vallet d’être responsable de l’insécurité qui règne dans la localité de Canaan. Etant aux abois, plusieurs dizaines de famille ont dû fuir leurs résidences et se réfugier au sous-commissariat de police de Canaan, question d’échapper à la fureur des bandits armés.

Ces résidents de Canaan s’insurgent contre le comportement irresponsable des autorités haïtiennes notamment des élus locaux dans la gestion de cette crise. Ces derniers appellent les dirigeants à adopter des mesures idoines pour contrecarrer les bandits et pacifier la zone.

Aucune arrestation n’est, pour l’instant, effectuée alors que ce vaste bidonville de la capitale haïtienne est sous le contrôle des bandits armés.

Depuis plusieurs semaines, l’insécurité monte dans la capitale à Port-au-Prince. Lundi dernier, des échanges de tirs entre gangs armés ont contraint les sénateurs à annuler la conférence des présidents qui se déroulait au sénat de la République. Le président du grand corps, Joseph Lambert a, à l’instar des citoyens, déploré le climat d’instabilité et d’insécurité qui prévaut dans le pays et a invité  les autorités à prendre les mesures qui s’imposent.