Mardi 21 May, 2019

Haute tension à PaP suite à la hausse des prix des produits pétroliers

C'est la panique générale à Port-au-Prince, ce vendredi, a constaté la rédaction de Loop Haiti, quelques heures après l’annonce par le Gouvernement haïtien de la hausse des prix des produits pétroliers.

C’est une capitale haïtienne secouée et menacée qui entame son week-end quelques heures après la confirmation, par un communiqué officiel en date du 6 juillet 2018, de l’augmentation des prix du pétrole en Haiti, qui sera effective à partir de minuit.

Carrefour aéroport, Delmas, Puits-Blain, Juvénat, Turgeau, Pétionville, entre autres… autant de zones déjà touchées par les tensions provoquées par cette nouvelle annoncée depuis quelques mois, concrétisée ce vendredi, un jour qui marque aussi l'élimination de l'équipe brésilienne, très aimée en Haiti, de la coupe du monde en Russie.

Jets de pierres, barricades, pneus enflammés, tirs nourris d'armes automatiques, ralentissement et blocage de la circulation dans certaines zones, caractérisent la situation qui ne fait que s'empirer. Les gens sont obligés de rentrer chez eux. D'autres sont restés enfermés dans leur bureau, de peur de se faire agresser dans les rues.

Dès l’annonce officielle de la hausse des prix des produites pétroliers, des prix des stations d’essence été fermées, selon les constats de la rédaction.

Cette situation était pourtant prévisible. De nombreux voix et secteurs s’expriment depuis quelques mois pour prévenir l’administration actuelle contre la prise d’une telle mesure, invitant ainsi Jovenel Moise à passer outre de l'accord signé avec le Fonds monétaire international (FMI) en février dernier.

Des militants, de leur coté, invitaient la population à garder leurs yeux ouverts et de ne pas se laisser distraire par la coupe du monde qui se déroule actuellement en Russie. 

Ce vendredi, les ministères de l'Économie, des Finances, du Commerce et de l'Industrie ont décidé d'augmenter le prix de l'essence de 38%, celui du diesel de 47% et celui du kérosène de 51%. Ces tarifs seront en vigueur à partir du samedi 7 juillet à minuit.

Ces mesures font suite au cadre de référence entre le FMI et Haïti, paraphé en février. Ce document prévoyait la cessation de la subvention publique des produits pétroliers, ce qui est à la base du déficit budgétaire de l'État.

Le gouvernement haïtien justifie la diminution de ces subventions publiques du fait qu'elles privilégiaient injustement l'économie de la République dominicaine voisine où les tarifs à la pompe sont plus élevés.

"La consommation journalière de produits pétroliers était arrivée à autour de 20.000 barils alors que notre consommation habituelle est de 14.000 ou 15.000 barils" a détaillé vendredi Jude Alix Patrick Salomon, le ministre haïtien de l'économie et des finances. "Chaque jour, c'est une subvention de 5 à 6.000 barils que l'on finance pour l'autre côté de la frontière, ce qui est très lourd pour notre économie" a-t-il ajouté. 

Comme beaucoup d'autres acteurs, le Sénateur de l'Ouest, Antonio Cheramy, intervenant sur une station de radio de la capitale, suggère que le Président Jovenel Moise revienne sur sa décision, en vue de calmer les ardeurs de la population et éviter le pire.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :