Jeudi 21 Juin, 2018

Un consul dominicain accusé de trafic de migrants haïtiens vers la RD

Le journal dominicain acento rappelle que le chef politique Andrés fait état d’autres chefs d’accusation pour des postes qu’il a déjà occupés dans le service extérieur dominicain.

Le journal dominicain acento rappelle que le chef politique Andrés fait état d’autres chefs d’accusation pour des postes qu’il a déjà occupés dans le service extérieur dominicain.

La presse dominicaine a révélé ce matin l’implication présumée d’un nouveau consul dominicain dans le transport clandestin de migrants haïtiens en République dominicaine.

Andrés Boció Fortuna, nommé consul dominicain à Anse-à-Pitre (département du Sud-Est, Haïti) ce lundi 19 février, a été inculpé de trafic et de vente de faux visas pour faciliter l'entrée illégale de personnes [Haïtiens, NDLR] en République Dominicaine, rapporte Listin Diario.

Le journal dominicain Acento rappelle que le chef politique Andrés fait état d’autres chefs d’accusation pour des postes qu’il a déjà occupés dans le service extérieur dominicain.

« En 2007, lorsqu'il a occupé des fonctions consulaires en Haïti, Andrés Boció Fortuna a été viré de son poste à la suite d'une enquête menée par le ministère des Affaires étrangères de la République dominicaine ».

« Plus tard, en 2014, il a de nouveau été nommé pour des affaires consulaires en Haïti, et ses problèmes avec la justice ont refait surface ».

Sa nomination par le président Danilo Medina, lundi, a suscité de vives controverses dans les cercles politiques et les médias dominicains, mais le gouvernement n’avait pas réagi.

Des leaders politiques dominicains pensent qu’Andrés Boció Fortuna n’a jamais fait l’objet de poursuites judiciaires en raison de son influence politique. Il est membre du Comité central du Parti de la libération dominicaine (PLD), plateforme politique du pouvoir en place.