Dimanche 18 Novembre, 2018

Haïti: un psychiatre et un nutritionniste pour près de 12 000 détenus

Illustration d’un médecin du CICR qui assiste un médecin de la Direction de l'administration pénitentiaire lors de soins dentaires dispensés aux détenus à la prison civile de Jacmel – Crédit Photo : www.icrc.org

Illustration d’un médecin du CICR qui assiste un médecin de la Direction de l'administration pénitentiaire lors de soins dentaires dispensés aux détenus à la prison civile de Jacmel – Crédit Photo : www.icrc.org

Les chiffres du rapport du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) en date du 26 octobre 2018 donnent froid dans le dos. Outre le nombre de décès pour les 10 premiers mois de l'année (118), le document soutient, entre autres, que pour 11,839 détenus, Haïti dispose d’un seul psychiatre.

Jusqu’à 23 octobre 2018, les prisons civiles du pays contenaient onze mille huit cent trente-neuf (11,839) détenus, selon le RNDDH. Pour les soigner, le système sanitaire dispose de: vingt-trois (23) médecins, de soixante-deux (62) infirmières, trois (3) laborantins,1 psychiatre et 1 nutritionniste pour 11,839 détenus, soit 1 médecin pour chaque 514 détenus, et 1 infirmier/infirmière pour chaque 190.

La Direction de l’Administration Pénitentiaire (DAP) ne dispose que d’un nutritionniste pour cette vaste population carcérale. Vu  la quantité dont dispose le système, il n’y en a pas qui soit affecté par prison ni par région.

Selon les responsables du RNDDH ‘’ceci constitue un handicap car, les menus ne peuvent être révisés quand le besoin s’en fait sentir’’.

Si la priorité de programme Health through Walls est la prévention, l'identification et le traitement des maladies infectieuses et contagieuses, en particulier le VIH/sida et la tuberculose, le RNDDH dit relever parmi les maladies les plus fréquentes dans les prisons: la grattelle, les infections urinaires, la tension artérielle, des cas d’accident cardio-vasculaire, l’asthme, la tuberculose, la malnutrition, les douleurs gastriques et un grand nombre de personnes vivant avec le VIH/SIDA.