Mardi 2 Juin, 2020

« Haïti c'est la Somalie, mais aux Amériques », estime ce journaliste

Sur la photo, le présentateur de la rubrique Eclairage International à l’émission « Matinale Europe 1 », Vincent Hervouët. Capture vidéo.

Sur la photo, le présentateur de la rubrique Eclairage International à l’émission « Matinale Europe 1 », Vincent Hervouët. Capture vidéo.

Depuis le décès par balles d’un couple de Français à Port-au-Prince, Haïti et sa crise reprennent leur place au cœur de l'actualité internationale. A la « Matinale Europe 1 », ce mardi un journaliste a traité Haïti de « Somalie aux Amériques ». Mais cette comparaison tient de l'exagération, selon Himler Rébu, ancien haut gradé des Forces armées d'Haïti.

Il l’a dit haut et fort et sans langue de bois. Lors de l’émission diffusée ce 26 novembre sur les ondes de « Europe 1 », Vincent Hervouët a comparé Haïti à la Somalie. « Haïti c’est la Somalie, mais aux Amériques », a-t-il lâché sans broncher durant sa rubrique Eclairage International. Une comparaison qui intervient en raison du climat d’insécurité qui règne à Port-au-Prince depuis le début des opérations « Peyi Lock ».

Dans son intervention, M. Hervouët a souligné « qu’un pays où on ne peut pas aller de l’Aéroport à la capitale, qu’en convoi et de jour, est un pays qui n’existe plus ». Pour lui, ce couple de Français avait "mal mesuré le danger qu’il courait" en se rendant à Port-au-Prince, capitale d'un pays qui « depuis 30 ans [...], descend aux enfers, marche par marche ».

Il a toutefois précisé que que les Haïtiens, dont il salut l’héroïsme, « ne sont pas haïssables ».

 

Mais le cas d'Haïti est-il comparable en ce moment à celui de la Somalie. Non, selon Himler Rébu. L'ancien haut gradé des Forces armées d'Haïti (FAD'H) estime qu'il Il y a de l' "exagération" dans les propos du journaliste. Pour l'ancien ministre, cette déclaration de Hervouët est le fruit de l'émotion du fait qu'il y a eu "une perte personnelle", en l'occurence la mort des deux Français dans la capitale haïtienne. 

"Il n'y a pas de comparaison. Ce n'est pas la même chose. Les situations contextuelles ne sont pas les mêmes. Nous vivons en Haïti actuellement 'un glissement de l'Etat'. Une situation datant de la période de Jacques Edouard Alexis", dit Rébu. Ce glissement de l'Etat l'amène, poursuit-il, à une situation délicate que les autorités n'arrivent pas à contrôler". Mais il n'y a pas, du moins pour le moment, de comparaison entre Haïti et la Somalie où il existe des guerres entre des clans ayant des positionnements par rapport aux intérêts de leur tribus". 

Néanmoins, Colonel Rébu reconnaît que la situation actuelle d'Haïti est similaire à celle de 2004, à l'époque de Jean Bertrand Aristide où des groupes armés terrorisaient la population.

Rappelons que les déclarations de Vincent Hervouët font suite à l'annonce de la mort en Haïti d'un couple de Français tué par balles dimanche à Port-au-Prince, alors qu'il venait d'arriver. Selon une source proche du dossier, les deux (2) victimes, originaires de Saint-Martin-d’Ardèche, ont été abattues lors d'un vol à main armée qui a mal tourné. Le couple se rendait pour la première fois en Haïti dans le cadre d'une procédure d'adoption gérée depuis trois ans par l'Agence Française de l'Adoption.

Entretemps, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête. « Cette enquête préliminaire a été ouverte pour « homicide volontaire », a précisé à l'AFP le parquet, compétent dès lors qu'un Français est victime d'un acte criminel à l'étranger. 

Ce mardi, soit deux jours après le drame, le gouvernement haïtien via son ministre des Affaires étrangères Edmond Bocchit, a promis de prendre « toutes les dispositions pour que la lumière soit faite sur ce crime ». « Haïti doit être une terre sécurisée non seulement pour ses fils et filles mais aussi pour les étrangers », a déclaré Edmond sur Twitter.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :