Dimanche 15 Décembre, 2019

Haïti: Kemi Seba distribue des kits sanitaires à des familles démunies

Kemi Seba distribuant un kit à un bénéficiaire

Kemi Seba distribuant un kit à un bénéficiaire

En séjour en Haïti depuis le 12 novembre en support au mouvement anti-corruption en cours dans le pays depuis plus de deux mois, l'activiste Kemi Seba et son équipe en ont profité pour distribuer des kits sanitaires dans des quartiers défavorisés dans la capitale.

Accompagné de plusieurs personnels médicaux, dont un médecin et une infirmière, le président de l'organisation non gouvernementales Urgences Panafricanistes, Kemi Seba, s'est rendu samedi 16 novembre dans un quartier populaire de Port-au-Prince, non loin de Canapé-Vert, où il a procédé à une distribution "symbolique" de kits sanitaires en vue de venir en aide à plusieurs familles en difficulté depuis le début de la crise.

"C'est un geste symbolique" déclare Seba du haut de ses lunettes et habits noirs. "On ne va pas régler le problème sanitaire à nous seuls. Mais c'est montrer qu'on est capable entre nous [...], qu'on est beaucoup plus forts en agissant ensemble, en partageant, en avançant dans la même direction" a tenu à préciser l'activiste.

 

Plus loin, l'écrivain s'est plaint de la précarité dans laquelle vivent les Haïtiens dont nombreux d'entre eux n'ont pas accès à leur salaire depuis plusieurs mois. "Dans ces genres de crise, ceux qui sont exposés aux gros problèmes de santé ou à l'aggravation des problèmes de santé sont des populations en extrême précarité" a-t-il avancé.

En signe de solidarité, l'organisation a acheminé des centaines de kits sanitaires vers des familles en difficulté à Port-au-Prince. Une trousse de premiers soins, des pâtes dentifrice, des savons, des médicaments contre la douleur, la grippe, des purificateurs d'eau entre autres, constituent le contenu de ces cachets.

Il faut par ailleurs noter qu'au cours de sa visite, Kemi Seba n'a pas manqué de tirer à boulets rouges sur le gouvernement en place accusé notamment de corruption et contre lequel les appels à démission ne cessent de se multiplier. "J'ai entendu le président {Jovenel Moïse, ndlr] dire qu'il combattait la corruption alors qu'il est le symbole même de la corruption. S'il luttait vraiment contre la corruption il devrait démissionner" a fait savoir l'auteur, attendu en Guyane la semaine dès ce lundi.

 

Soulignons que des mouvements de protestation anti-gouvernementaux sont en cours dans le pays ce 18 novembre, date qui ramène la 216e anniversaire de la grande et historique bataille de Verrière.

Wilner Bossou

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :