Samedi 4 Juillet, 2020

Haïti frôle 100 mille non-voyants, la SHAA exige une autre stratégie

De gauche à droite : Le Secrétaire d’Etat à l’Intégration des Personnes Handicapées Monsieur Gérald Oriol Jr. – le Coordonnateur national de la SHAA, le Dr. Michel A. Péan – la Député adjointe de la Mission de l’Ambassade américaine en Haïti, Madame Rubin Diallo – Crédit Photo : page Facebook de la SHAA

De gauche à droite : Le Secrétaire d’Etat à l’Intégration des Personnes Handicapées Monsieur Gérald Oriol Jr. – le Coordonnateur national de la SHAA, le Dr. Michel A. Péan – la Député adjointe de la Mission de l’Ambassade américaine en Haïti, Madame Rubin Diallo – Crédit Photo : page Facebook de la SHAA

250 millions de personnes dans le monde présentent une déficience visuelle. En Haïti, on avoisine les 100 mille non-voyants, soit 1% de la population, révèle le coordonnateur de la Société Haïtienne d’Aide Aux Aveugles (SHAA), Dr Michel Péan. Le Dr dit inviter le Comité National de Prévention de la Cécité à revoir sa stratégie pour diminuer la cécité.

Relayant des chiffres de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le Dr Michel Péan se montre préoccupé par le nombre de personnes aveugles qui ne cesse de croitre à travers le pays. La SHAA encourage, en ce sens, le Comité National de Prévention de la Cécité à revoir sa stratégie. Car, selon lui, la population est peu informée des causes de la cécité.

Fondé à Port-au-Prince le 12 février 1998, sur l’initiative du Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), le Comité National de Prévention de la Cécité (CNPC), réunit les Associations et Institutions concernées dans la lutte de la santé et de la cécité depuis 1998, et a pour devoir de travailler dans la prévention de la cécité en formant le personnel médical pour améliorer l’offre de soins ophtalmologiques en Haïti.

Selon Coordonnateur national de la SHAA, le Dr. Michel A. Péan, la prévention est la meilleure stratégie à utiliser contre le fléau de la cécité. Etant peu informée, seulement 30 % de la population haïtienne décide de consulter un ophtalmologue à ce sujet, une attitude sociétale que monsieur Péan voit comme regrettable.

Michel Péan rappelle qu’une cataracte non opérée et le glaucome sont les principales causes de la déficience visuelle en Haïti. Cette maladie qu’est scientifiquement reconnue comme « l'opacification du cristallin, lentille placée à l'intérieur de l'œil, en arrière de la pupille, par où passe la vision » augmente de presque 3 400 cas en 12 ans.

Le Dr rappelle qu’il y de cela 15, il n’y avait que 300 chirurgies de la cataracte en Haïti, pourtant vers les 2015 le pays a déjà connu environs 3 700 à 4 000 cas d’opération de la cataracte.

Le responsable de la SHAA explique : A l'état normal, quand il n'y a pas de cataracte, le cristallin est transparent et permet de focaliser l'image sur la rétine, zone visuelle tapissant la paroi postérieure de l'œil qui capte l’information visuelle et la transmet au cerveau. Quand le cristallin s'opacifie, c'est la cataracte, la lumière ne peut plus passer au travers et la vision est brouillée.

Ce cas de cécité réversible n’est pas incurable explique Docteur Péan. Ceux qui en souffrent, qui ont l’opportunité d’être opérés et qui suivent les traitements à la lettre, ont une très forte possibilité de retrouver la vue, confirme-t-il. Le coordonnateur national de la SHAA, dit espérer une meilleure sensibilisation auprès de la communauté sur les maladies oculaires afin de parvenir à une réduction considérable de la cécité voir même une éradication.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :