Mercredi 19 Décembre, 2018

Haïti-Crise : le gouvernement et l’opposition « radicale » incriminés

Joseph Harold Pierre/Twitter

Joseph Harold Pierre/Twitter

La situation de crise que traverse Haïti ces derniers temps interpelle Joseph Harold Pierre. Suite à cette période difficile, le politologue et économiste haïtien, analysant la conjoncture, accuse le gouvernement et l’opposition « radicale » d'en être responsables.

Joseph Harold Pierre, politologue et économiste, estime que cette situation « chaotique » est la résultante de « l’incompétence du président Jovenel Moïse ». Toujours selon lui, le président Moïse n'a ni formation ni expérience politique. Aussi, il ne croit pas que les conseillers du président haïtien aient l'intelligence de l'accompagner.

« […] Ses décisions ne sont pas bien pensées et on voit ce qui s’est passé les 7 et 8 juillet », a-t-il déclaré, dans des propos cités par Diario Libre.

Le politologue haïtien prévient que l’une des solutions possibles à la crise serait que le président fasse des « concessions ». A son avis, « il [Jovenel Moïse, NDLR] doit répondre aux manifestations contre la gestion contestée du fonds Petrocaribe et cela va lui coûter cher, car ses proches sont liés à cela, mais il doit donner des réponses s'il ne veut pas que le gouvernement soit totalement déstabilisé ».

De plus, Joseph Harold Pierre pense que la caravane du changement - programme mis en place par le président de la République avec pour objectif de propulser le développement du secteur agricole dans les dix départements géographiques du pays - doit être repensée, car elle est considérée, dit-il, comme une initiative corrompue.

Dans la foulée, il condamne les agissements des membres de l’opposition réclamant, à tout bout de champ, la démission du président Jovenel Moïse. « De la part de l’opposition, on ne peut plus espérer résoudre le problème à présent, car l’opposition veut renverser le président à cause de ses erreurs et de son irresponsabilité, mais aussi dans le but de prendre le pouvoir », a-t-il lancé.

Pour lui, « l'opposition n'a pas la capacité de s'unifier que dans les moments nuageux pour renverser, mais jamais pour résoudre de vrais problèmes ».

Comme solution proposée, l’économiste suppose que la route du dialogue est celle que devait emprunter le président. Cependant, Pierre présume qu’il a trop attendu. D’après lui, Jovenel Moïse doit s’appuyer sur le procès Petrocaribe en s’entourant « de personnes compétentes et crédibles », si tant est qu’il veuille engager un dialogue. Ainsi croit-il que « l’opposition serait forcée de dialoguer, sinon elle perdrait son influence politique ».

Source : Diario Libre

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :