Mercredi 11 Décembre, 2019

Haïti: un influenceur contraint de supprimer un tweet controversé

Marc Alain Boucicault/ Photo: Coeur Rimé Haïti

Marc Alain Boucicault/ Photo: Coeur Rimé Haïti

Depuis lundi soir, le fondateur de Banj, Marc Alain Boucicault, est sous le feu des critiques sur les réseaux sociaux. A l’origine, un tweet dans lequel il questionnait l'utilité du mouvement de grève lancé en début de semaine contre la rareté de carburant. Suite aux controverses provoquées par cette publication, l’influenceur en technologie et entreprenariat a été contraint de supprimer son tweet et présenter des excuses.

« Qui peut me dire ce que la grève d'aujourd'hui a changé? Y'a-t-il [maintenant] du carburant? Que faîtes-vous demain? », cette série de questions de l'économiste n'a pas laissé indifférents des internautes ayant mal digéré sa publication. Selon eux, son tweet visait clairement à banaliser la crise de carburant que traverse Haïti ou encore à ridiculiser les mouvements de protestation des citoyens contre le phénomène.

Ils étaient nombreux à tirer à boulet rouge contre le fondateur de Banj. Parmi eux, Kébert Bastien, artiste engagé, qui a fait usage sur son compte Facebook, de propos peu élogieux pour dénoncer cette sortie de Boucicault. « Lit pou liberasyon mas yo tou wouj. Satan m konn vwa w, voye yo voye w », a écrit le chanteur, affirmant que "la lutte pour la libération des masses" ne s'arrêtera pas. Certains Petrochallengers, dont Stéphanie Boucher, ont aussi critiqué vertement la réaction qu'ils estime mal venue de la part de l'influenceur.

 

Ce mercredi 18 septembre, soit deux jours après les controverses, Marc Alain Boucicault est revenu à la charge et a présenté des excuses. « J’ai supprimé le tweet » a annoncé le fondateur de Banj. Le lauréat du prix « Changemaker 2018 » du célèbre magazine américain Forbes, reconnait que la publication a causé pas mal de tort et provoqué des mésinterprétations.

« L'interprétation de mon tweet n'a pas reflété les raisons qui m'ont poussé à le faire, dit-il. Je n'ai jamais voulu dire que la grève ne servait à rien », a-t-il expliqué, tout en continuant : « Je m'excuse d'avoir froissé beaucoup de personnes dans un contexte aussi sensible ».

La décision de retirer ce tweet controversé, a été saluée par certains internautes en dépit des dégâts causés par le précédent. Ce nouveau scénario prouve une fois de plus qu’un tweet, beaucoup plus qu'une publication destinée à provoquer le débat sur un sujet, peut être considéré comme une prise de position par rapport à un mouvement, un contexte ou autre. S'il peut influencer positivement, il a aussi le pouvoir d'attirer vers son auteur la colère des uns et des autres.

Attention à vos tweets !!!

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :