Samedi 26 Septembre, 2020

Haïti compte 31 espèces d’oiseaux «endémiques», dont «10 menacées»

Caleçon Rouge (en couple), reconnu comme l'oiseau national haïtien/ Photo : René Durocher

Caleçon Rouge (en couple), reconnu comme l'oiseau national haïtien/ Photo : René Durocher

Haïti abrite pas moins de 31 espèces d'oiseaux endémiques, selon le chercheur Jean Mary Exantus. 10 d'entre elles se trouvent «menacées» et 4 «quasi menacées». En cause, "la dégradation et la fragmentation de l'habitat du fait d'une urbanisation rapide [...], la récolte du bois (construction et combustible) et d'une agriculture non réglementée".

Jean-Mary Exantus est diplômé en Sciences agronomiques à l’Université Episcopale d’Haïti, option Ressources Naturelles et l’Environnement. Il a un Master en Ecologie à finalité recherche à l’université des Antilles (Guadeloupe) et est actuellement doctorant en Ecologie (Physiologie, biologie des organismes populations et interactions) à l’Université des Antilles. Exantus est correspondant local de l’Association Caribaea Initiative, qui soutient le développement de la recherche scientifique sur la biodiversité et la gestion des populations animales au sein de la Caraïbe insulaire. Par ailleurs, l'originaire de Pétion-ville est membre et supporter de plusieurs associations locales travaillant dans le domaine de l’écologie et des associations internationales Caribaea Initiative (CI) ; British Ornithologists’Union (BOU) entre autres.

Issu de la première promotion du programme de formation avancée sur la Gestion des Aires Protégées (GAP) organisé par la Faculté d’Agronomie et de Médecine vétérinaire (FAMV) avec l’appui du ministère de l’Environnement (MDE), l’Agence National des Aires Protégées (ANAP) et le PNUD, Jean-Mary Exantus est régulièrement présent et intervient dans des conférences internationales en dehors d’Haïti sur la conservation de la biodiversité. En outre, il a suivi des formations complémentaires sur les techniques de Capture-Marquage et Recapture en France au Centre de recherche La Tour du valat et le Parc Ornithologique Pont de Gau. Présentement en Guadeloupe à la formation qualifiante de baguage limicoles et oiseaux forestiers organisée par l’Office Français de la Biodiversité (OFB) et le Centre de Recherches sur la Biologie des Populations d’Oiseaux (CRBPO) du Muséum National d’histoire Naturelle, il répond à nos questions.

 

Loop Haiti : Pouvez-vous nous parler de quelques-uns de vos travaux ?

JME: Outre l'objet de ma Licence « Contribution à l’élaboration d’un plan de gestion des ressources naturelles renouvelables existantes dans le parc de Martissant », j’ai réalisé les premiers travaux d’inventaire faunistique du Parc National Urbain de Martissant en 2013 et 2014 avec le support de la Fondation Connaissance et Liberté (FOKAL), ensuite j’ai fait des travaux de suivis sur la faune de ce parc en 2016 et les travaux d'analyse de la dynamique de l'occupation de sols de la Zone d’Aménagement Concertée de Martissant  (ZAC) (2002, 2010 et 2014) en vue d’aboutir à l'appréhension du rythme de l'évolution du paysage pour une meilleure planification dans la gestion de l'espace.

Vient ensuite mon Master: « Variation spatiale dans la composition et la diversité des communautés aviaires: influence de la proximité d'une grande zone verte dans la zone de Port-au-Prince, Haïti ». Cette étude a été effectuée sur deux zones vertes du département de l’Ouest: la Réserve écologique Wynne Farm et le Parc National Urbain de Martissant. L’étude vise premièrement à mesurer de façon quantitative la diversité (richesse spécifique, abondance relative) des peuplements d'oiseaux au sein de ces deux zones jouant potentiellement un rôle de "réservoirs" et deuxièmement à évaluer dans quelle mesure la proximité à ces deux zones exerce une influence sur la diversité des assemblages d'oiseaux au sein d'espaces boisés ou d’agroforesteries de plus petite taille. Un total de 18 sites a été inventorié dans l’arrondissement de Port-au-Prince.

En outre, j'ai ma recherche en cours pour l'obtention du grade de docteur : « Biologie des populations d'une espèce oiseau endémique d'Haïti, le Merle de la Selle (Turdus swalesi) : applications à la gestion et à la conservation de l'espèce ».

Toutes ces études, depuis la licence, sont supportées par l’Association Caribaea Initiative et la FOKAL.

 

Loop Haiti : Vous nous aviez confié, lors d'une récente discussion, que vous étiez sur le terrain dans le cadre d'un travail de recherche. En quoi consiste-il exactement ? Où se déroule-t-il ?

JME: C’est dans le cadre des travaux de terrain pour ma thèse sur la  « Biologie des populations d'une espèce oiseau endémique d'Haïti, le Merle de la Selle (Turdus swalesi) : applications à la gestion et à la conservation de l'espèce ». Elle est l’une des dernières espèces d'oiseaux endémique décrite à l'Hispaniola et est actuellement classée "vulnérable" sur la liste rouge de l'UICN. L’étude vise à faire  le suivi démographique de sa population en Haïti via deux méthodes principales de suivis (méthode de capture-marquage-recapture et l'utilisation des pièges photographiques) : étudier  la sélection d'habitat dans le cadre de la progression de la déforestation et faire de la génétique des populations de l’espèce en vue de proposer un plan d'action. L’étude est en train de se réaliser sur l’Île Hispaniola. En Haïti, elle se déroule dans le Massif de la Selle, au niveau du Parc National La Visite (PNLV) et dans le Parc National Naturel Forêt des Pins (PNN-FP) (Unité I et II). En République Dominicaine, la recherche s'étend sur le Parc National Sierra de Bahoruco.

Loop Haiti : Selon vous, Haïti renferme plusieurs espèces d'oiseaux endémiques (avec la République dominicaine). Pouvez-vous nous en dire plus (combien sont-ils, quels sont leurs noms et leur statut de conservation) ?

Une espèce (végétale ou animale) est dite endémique quand elle vit naturellement et exclusivement dans une aire géographique délimitée par un environnement et un climat exceptionnel. Sur les 257 espèces d'oiseaux recensées sur le territoire haïtien, 31 sont considérées comme endémiques. Haïti partage cette endémicité avec la République Dominicaine. C'est-à-dire qu'on peut trouver les mêmes espèces en Haïti et en République dominicaine. Cependant, Haïti fait face à une perte d’habitats assez marquée au cours de ces dernières années. Ainsi, 10 parmi eux sont des espèces d'oiseaux « menacées » et 4 considérées comme «quasi menacées». [Voir le tableau contenant la liste des espèces endémiques en bas de l'article]

Loop Haiti : En quoi ces espèces sont-elles importantes pour Haïti et sa biodiversité ?

 

Loop Haiti : Pouvez-vous donner quelques causes provoquant la menace des espèces en question ?

JME: Une des causes les plus importantes de cette érosion de la biodiversité haïtienne, et en particulier des oiseaux, est la dégradation et la fragmentation de l'habitat du fait d'une urbanisation rapide, d'une forte pression liée à la récolte du bois (construction et combustible) et d'une agriculture non réglementée. Ces problèmes environnementaux menacent la durabilité des populations de ces animaux et sont à l'origine de la diminution ou de la disparition de plusieurs espèces de vertébrés endémiques d'Hispaniola. Ce sont les résultats des  problèmes économiques, sociaux et politiques du pays (explosion démographique, pauvreté extrême, chômage, instabilité politique).

Loop Haiti : Que faut-il faire pour protéger ces espèces ?

JME: Respecter les piliers et les objectifs du développement durable ; Conservation des habitats ; Recherche et suivi; Education et information [à l'endroit de la population haïtienne, ndlr]. L’environnement est un centre d’attraction pour les investissements et opportunités d’affaires pour les pauvres. Il faut faciliter: l’Intégration de la protection des espèces dans les activités humaines et dans les politiques publiques; l'Intégration de la diversité biologique dans la lutte contre la pauvreté en Haïti; l'Intégration de la diversité biologique dans les plans économiques durables.

Tableau: Liste des espèces endémiques

Nom Français

Nom_scientifique

Statut_UICN

Origine_Statut

Amazone d'Hispaniola

Amazona ventralis

VU (Vulnérable)

Bec-croisé d'Hispaniola

Loxia megaplaga

EN (En danger)

Buse de Ridgway

Buteo ridgwayi

CR En danger critique

Colombe d’Hispaniola

Geotrygon leucometopia

EN (En danger)

Conure maîtresse

Psittacara chloropterus

VU (Vulnérable)

Corneille d’Hispaniola

Corvus leucognaphalus

VU (Vulnérable)

Corneille palmiste

Corvus palmarum

LC (Préoccupation mineure)

Effraie d’Hispaniola

Tyto glaucops

LC (Préoccupation mineure)

Émeraude d’Hispaniola

Chlorostilbon swainsonii

LC (Préoccupation mineure)

Engoulevent d’Hispaniola

Antrostomus ekmani

LC (Préoccupation mineure)

Engoulevent grouillécor

Siphonorhis brewsteri

NT (Quasi menacé)

Esclave palmiste

Dulus dominicus

LC (Préoccupation mineure)

Merle de La Selle

Turdus swalesi

VU (Vulnérable)

Moucherolle d’Hispaniola

Contopus hispaniolensis

LC (Préoccupation mineure)

Oriole à capuchon

Icterus dominicensis

LC (Préoccupation mineure)

Piaye cabrite

Coccyzus rufigularis

EN (En danger)

Pic d’Hispaniola

Melanerpes striatus

LC (Préoccupation mineure)

Picumne des Antilles

Nesoctites micromegas

LC (Préoccupation mineure)

Tacco d’Hispaniola

Coccyzus longirostris

LC (Préoccupation mineure)

Tangara Cornichon

Calyptophilus frugivorus

NT (Quasi-menacé)

Tangara à couronne noire

Phaenicophilus palmarum

LC (Préoccupation mineure)

Tangara d'Haïti

Calyptophilus tertius

VU (Vulnérable)

Tangara quatre-yeux

Phaenicophilus poliocephalus

NT (Quasi menacé)

Todier à bec étroit

Todus angustirostris

LC (Préoccupation mineure)

Todier à bec large

Todus subulatus

LC (Préoccupation mineure)

Trogon damoiseau

Priotelus roseigaster

NT (Quasi menacé)

Viréo d'Hispaniola

Vireo nanus

LC (Préoccupation mineure)

Zéna d'Hispaniola

Spindalis dominicensis

LC (Préoccupation mineure)

Chardonneret des antilles

Spinus dominicensis

LC(Préoccupation mineure)

Tangara aux yeux rouges

Microligea palustris

LC(Préoccupation mineure)

Tangara des montagnes

Xenoligea montana

VU (Vulnérable)

Source: Bird Life 2020

Contact pour Jean-Marry Exantus : jeanmary.exantus@yahoo.fr

Propos recueillis par Raoul Junior Lorfils

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :