Samedi 8 Août, 2020

Haïti: Charlot Jeudy, défenseur des droits des LGBT, retrouvé mort

Charlot Jeudy, 34 ans, Président de "Kouraj" et militant convaincu de la "communauté M" des masisi ("gays") et des madivin ("lesbiennes"). © David Nieto / UN / MINUJUSTH, 2018

Charlot Jeudy, 34 ans, Président de "Kouraj" et militant convaincu de la "communauté M" des masisi ("gays") et des madivin ("lesbiennes"). © David Nieto / UN / MINUJUSTH, 2018

Le principal défenseur de la communauté LGBT en Haïti, Charlot Jeudy, a été retrouvé mort dans sa résidence ce lundi. Les circonstances entourant ce décès restent floues, a souligné la journaliste Amélie Baron sur Twitter.

 

La nouvelle a été relayée par la correspondante de l'Agence France Presse (AFP) en Haïti, Amélie Baron. « Charlot Jeudy, militant LGBT le plus  mobilisé d'Haïti, a été tué hier », a écrit la journaliste précisant que les circonstances de ce décès sont encore floues. « C'est une terrible nouvelle pour la communauté et plus largement pour les défenseurs des droits humains dans le pays », a souligné la correspondante permanente de Radio France Internationale (RFI).

  

Agé de 34 ans, Charlot Jeudy est reconnu en Haïti par rapport à son engagement dans la promotion et la défense des droits de la communauté LGBT à travers l'organisation Kouraj. Fondé le 18 décembre 2011, cet organisme se propose de "porter dans l’espace public, la question de l’homophobie et de la transphobie".

 

La mort de ce militant choque de nombreux défenseurs des droits humains dans le pays. Plusieurs structures dont l'Organisation des Citoyens pour une Nouvelle Haïti (OCNH), Combite pour le Paix et le Développement (CPD) et Le Centre d’Animation Paysanne et d’Action Communautaire (CAPAC) se sont exprimées sur cette perte tragique tout en exigeant l'ouverture d'une enquête.

 

« Qu’on les accepte ou pas, les masisi et les madivin sont des concitoyens de la République d’Haïti », avait déclaré en août 2018 M. Jeudy, dans un entrevue accordée au bureau de communication de la MINUJUSTH. Le militant avait affirmé dans cette interview, que son organisation travaillait également avec la communauté internationale afin que les traités et conventions puissent devenir une réalité pour les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexes dans le pays.

 

L'ambassade de France à Port-au-Prince invite les autorités haïtiennes à prendre les mesures en vue de faire la lumière sur la disparition subite du militant homosexuel Charlot Jeudy, retrouvé mort chez lui ce lundi.

 

Dans un rapport publié le 8 août sur ces 3 dernières années, l'organisation Kouraj dirigée par Charlot Jeudy, rapportait 21 cas de violences sur des personnes LGBT dont un cas d'assassinat. « Certains sont agressés à la découverte de leur homosexualité. Deux d’entre eux disent l'avoir été pour s’être fait prendre en photo pour le Festival MasiMadi. Trois ont déclaré avoir reçu des menaces de mort. D’autres ont déclaré [...] que leurs proches leur ont menacé de les brûler vif. Cinq (5) disent avoir reçu des coups et blessures, déclarations sont confirmés par des certificats médicaux [...]», pouvait-on lire dans le document.


 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :