Samedi 19 Janvier, 2019

Haïti: Assassinat d'un jeune homosexuel à Pèlerin 2

Wilbens Maxime, jeune homosexuel de 26 ans, tué à Pèlerin 2

Wilbens Maxime, jeune homosexuel de 26 ans, tué à Pèlerin 2

"Quand la police est arrivée sur les lieux [la nuit de l'agression, ndlr], il n'était pas encore mort. Il aurait pu avoir de l'assistance, être transporté à l'hôpital. La police a assisté à son décès survenu aux environs de 1 heure du matin".

Ce sont là les propos de Charlot Jeudy, membre de Kouraj, association de défense des droits de la communauté LGBT en Haïti. Il dénonce, au nom de son entité, la passivité des autorités policières vis-à-vis de l'assassinat, dans la nuit du 28 au 29 décembre, à Pèlerin 2, de Wilbens Maxime, un jeune homosexuel de 26 ans.

Le jeune homme, selon les dires de Jeudy, était à la fois homosexuel et vaudouisant. Il a été tué après avoir été accusé d'être responsable de la mort [mystique, ndlr] , d'une jeune femme qu'il ne pouvait pas faire revenir comme cela lui a été exigé, selon Charlot Jeudy qui se souvient d'un jeune homosexuel très actif au sein de la communauté. Il a été tué parce que, invité à faire une intervention sur la jeune femme malade "qui était déjà morte", il n'a rien pu faire et a donc été pris pour responsable, selon le militant. 

Sur sa page Facebook, Kouraj dit "condamner et dénoncer" l'assassinat de Wilbens Maxime et la passivité de la police nationale de cette zone." Pour Charlot, la police aurait pu avoir le temps de secourir la victime si elle le voulait. "Quand la police est arrivée sur les lieux [la nuit de l'agression, ndlr], il n'était pas encore mort. Il aurait pu avoir de l'assistance, être transporté à l'hôpital. La police a assisté à son décès survenu aux environs de 1 heure du matin", regrette-t-il.

"De quelle protection parle-t-on donc?", se questionne-t-il, faisant référence à la devise "protéger et servir" de la Police nationale d'Haiti (PNH). 

Des suspects dans cette affaire? "Oui", confie CJ soulignant qu'il y a eu, récemment, une dispute entre la victime et un jeune homme, des menaces de mort ont été proférées. "C'est cet homme dont je ne citerai pas le nom, qui est venu chercher Wilbens le jour où il a été tué", fait savoir Jeudy disant espérer qu'une enquête va être ouverte afin de faire la lumière sur ce cas.

La communauté LGBT en Haïti n'est pas de tout repos. Depuis peu, sur des murs de la capitale et d'autres villes du pays, des drapeaux en couleurs arc-en-ciel sont remarqués. Mais les messages appelant au respect des droits de cette minorité sont vite effacés et remplacés par des propos homophones.

Dans leurs interventions dans les médias, certains politiques ne manquent jamais l'occasion de brandir leur discours moraliste contre cette catégorie de personnes que certains vont même jusqu'à tenir responsables des catastrophes naturelles dans le pays. En octobre 2017, une loi interdisant le mariage homosexuel est même votée au Sénat.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :