Dimanche 20 Octobre, 2019

Haïti-Accouchement: un système médical inquiétant

Un accouchement traumatisant peut être l'une des causes du SSPT après l'accouchement.
AFP/GETTY

Un accouchement traumatisant peut être l'une des causes du SSPT après l'accouchement. AFP/GETTY

Au-delà de toutes les joies que peut ressentir une mère lors de sa grossesse, des habitudes déjà prises avec son enfant même pas encore né, des attentes et des projets sur lesquels elle travaille déjà, en Haïti, penser à l’accouchement est parfois source de stress dans les familles. Ce jour qui doit être l’un des plus beaux dans la vie d’une femme, elle le partage entre demi-euphorie et angoisse, gâchant ainsi le plaisir de pouvoir faire cette rencontre pour laquelle elle a attendu 9 longs mois.

En effet, si pour certains l’accouchement se passe sans encombres sauf dans le cas d’une césarienne, en Haïti on ne sait pas vraiment à quoi s’attendre. Le système médical est défaillant, les médecins négligents parfois, et le coût de l’accouchement, exhorbitant. « Moi j’ai perdu mes deux bébé dans deux des plus grands hôpitaux d’Haïti, et je crois que oui, une femme doit avoir peur d’accoucher dans ce pays » affirme Jessika qui
a perdu ses bébés respectivement pour manque d’oxygène (2017) et de couveuses (2019).

Étonnant que des hôpitaux en viennent à manquer de matériels aussi nécessiteux. Des hôpitaux privés... Que dire de ceux ouverts à tous, qui, souventes fois sont en grève? 

« C’est vrai qu’il existe des manques au niveau santé en Haïti, cependant il reste des hôpitaux structurés pouvant prendre en charge le bébé et sa maman » explique Marabienca, étudiante finissant en médecine. « Une femme ne devrait pas avoir peur d’accoucher en Haïti, avec un bon choix de médecin et d’hôpital” confie pour sa part Yhamithsoo, infirmière de carrière. Le problème résiderait justement ici. Quel médecin choisir et quel hôpital? D’ailleurs, combien de femmes ont accès à un hôpital privé dans le pays?

Mis à part la vie du bébé qui est en danger, même quand ce dernier est épargné, il reste à savoir si la mère va s’en sortir saine et sauve. Des cas où des médecins oublient des matériels dans le corps des patientes après une césarienne, ont déjà été enregistrés. “Dans le cas où le comptage des matériels a été mal fait ou n’a pas été fait du tout, ou encore l’incompétence des infirmières” explique Marabienca qui avoue que les comptages se font avant et après les opérations.

En outre, les mauvaises conditions dans lesquelles s’effectue l’opération peuvent aussi être à la base de cette erreur mortelle, comme ne pas avoir d’électricité par exemple. Il est assez courant que des femmes donnent naissance à la lumière des flash des téléphones portables et les interventions effectuées dans ces conditions finissent parfois mal. Le dernier cas de décès remonte à ce dimanche 14 juillet 2019, à l'hôpital OFATMA, à Port-au-Prince.

Quand une femme perd la vie dans ces conditions, il n’est malheureusement pas possible d’intenter une action en justice. C’est ce qu’ont expliqué Me Nathan Laguerre et Carlo Germain. “Il n’y a pas un ordre de médecins établi en Haïti comme c’est le cas pour les avocats ou juristes, avec des lois dans la constitution pour régir son fonctionnement; à moins de donner à l’acte posé une portée de droit pénal, il sera difficile de tenter quoi que ce soit pour la victime ou pour un quelconque dédommagement."

Accoucher en Haïti est donc stressant. De l’avis de la majorité des personnes interrogées sur la question, la meilleure chose à faire est d’avoir son enfant en terre étrangère. Car, disent-ils, la sécurité est davantage assurée, contrairement à ce qu'on expérimente au niveau local où, parfois, le jour de l’accouchement, la femme enceinte peut faire face à des refus d'assistance de tel ou tel centre hospitalier si sa grossesse n’avait pas été suivie par un médecin de cet hôpital.

Même si l’accouchement dans un autre pays risque de coûter beaucoup plus à la famille, en plus des possibles retombées d'un point de vue migratoire, au moins les parents veulent être sûrs d’accueillir un bébé en bonne santé et conserver plus de chance que la mère sera en vie pour prendre soin de son enfant.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :