Dimanche 31 May, 2020

Haiti: 33 jeunes « esclaves sexuelles » secourues par la Police

Elles sont 33. Dans le groupe, 20 mineures. Appréhendées par la police, ces jeunes filles s'apprêtaient à participer à une fête à l'évidence arrosée hier 5 janvier à Kaliko Beach, Arcahaie.

Dans une opération conjointement menée par la DCPJ, le Parquet de Port-au-Prince et la Brigade de Protection des Mineurs, une dizaine de "trafiquants" auraient été arrêtés, une somme d'argent haïtiens et américains découverte, mais aussi un ordinateur portable saturé de vidéos pédopornographiques, mettant en scène plusieurs de ces jeunes enfants. Les forces de l'ordre ont aussi saisi une quantité d’alcool, des sachets de marijuana, de la cocaïne et des remontants sexuels (sòs pwa).

L’enquête qui finalement a abouti à ce coup de filet était en cours depuis des semaines disent les autorités. Si dans la presse et sur les réseaux sociaux, on parle « d’esclaves sexuelles », le substitut commissaire du gouvernement Myrlande Dupuis Preveau, parle elle de « trafic d'être humain ».

Les trafiquants, continue Mme Preveau, « participent dans cet acte qu'on appelle "traite des personnes qui commence à partir de 14 ans jusqu'à 18 ans. Nous sommes rentrés à Port-au-Prince avec ces 33 mineurs. Leurs parents ne savent pas où elles étaient. Elles étaient là pour être utilisées sexuellement et autres ».

Un chauffeur a aussi arrêté par la Police. S’il nie toute implication dans cette affaire, la fille qui l’accompagnait affirme qu’il est son copain. « Si tu dis que je suis ton copain, tu veux me condamner, tu veux m'envoyer en prison ? » a répliqué celui qui dit avoir reçu 4000 gourdes pour le voyage de Pétion-Ville à Kaliko Beach, Arcahaie.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :