Vendredi 18 Septembre, 2020

Des élèves plaidant contre les violences faites aux femmes, primées

L'ambassadeur du Canada en Haïti, Stuart Savage, pose avec les finalistes du concours / Photo : Ambassade du Canada

L'ambassadeur du Canada en Haïti, Stuart Savage, pose avec les finalistes du concours / Photo : Ambassade du Canada

Marie-Carly Lafontant, du Collège Marie-Anne, est lauréate du Concours de plaidoiries sur « Le silence autour des violences faites aux femmes et aux filles ». Elle est récompensée ce 10 décembre aux côtés de quatre autres jeunes écolières.

Elles sont passionnées de musique, de sport, de lecture, d'écriture, de débats et tout ce qui touche aux droits de la personne. Surtout ceux des femmes. 10 décembre, cinq (5) adolescentes sont réunies à l'ambassade du Canada à Port-au-Prince, pour la grande finale du concours de plaidoiries organisé par Conversations Essenti'Elles et l'ambassade dans le cadre des 16 jours d'activisme contre les violences faites aux femmes. Le challenge consistait à donner la parole à des filles sur le silence autour du phénomène.

Une cinquantaine de candidatures ont été reçues du 18 au 28 novembre, toutes rejoignant le thème « Le Silence autour des violences faites aux femmes et aux filles ». Cinq (5) d'entre eux ont été retenues pour la finale, tenue lors de la Journée internationale des droits de l'homme. A cette occasion marquant aussi la clôture des 16 jours activisme organisés cette année autour du thème « Orangez le monde : Génération Égalité s’oppose au viol », les postulantes ont présenté tour à tour leur texte devant le jury et l’assistance.

Pour leur prestation, les candidates devaient, tel que le voulait le règlement, présenter un problème, en recourant à un vocabulaire riche, un style et une justesse de la grammaire; faire preuve de progression dans l'expression de leurs idées; démontrer leur capacité de réfléchir, de convaincre et respecter le délai de cinq (5) minutes "alloué pour la déclamation".

Après délibération des jurés, c’est Marie-Carly Lafontant du Collège Marie-Anne, qui est déclarée lauréate du concours. Dans son plaidoyer « Le silence sur les violences faites aux femmes et aux filles : à qui la faute ? », l’adolescente a présenté de manière crue la situation des femmes victimes de violences en Haïti, tout en pointant du doigt les différents facteurs et acteurs étant à la base du phénomène - le regard de la société par rapport aux victimes, la précarité économique, la faiblesse de l'appareil judiciaire -. Mais aussi elle a dénoncé le silence qui plane autour de cette réalité.

 

Marie Carly Lafontant, grande championne de cette compétition, est suivie par ses concurrentes Neima Rodmarly Emil du Collège Méthodiste de Frères; Widna Fortuné de L’Ecole Nationale Congréganiste Christ Roi; Kenlande Guerrier du Collège Marie-Anne et Wisdsaïda Michel du Collège Cœur Immaculé de Marie. Elles ont reçu, comme cadeaux, livres, ordinateurs portables, tablettes numériques, bons d'achat en librairie, entre autres.

Le public n'a fait aucune économie dans l'expression de ses complimentants envers ces jeunes, pas seulement pour leurs talents, mais aussi pour leur engagement et leur compréhension de la question. Dans son discours, l'ambassadeur du Canada, Stuart Savage, tout en reconnaissant que le problème de la violence contre les femmes est partout, a indiqué qu'Haïti, comme les autres pays, n'avait "pas juste un besoin mais un désir de changement". La bonne nouvelle, a-t-il dit, c'est que "la génération actuelle n'attendra pas les bras croisés que les choses changent".

"Haïti a besoin de cette génération [...]. Vous êtes des modèles pour tous", a soufflé Savage aux finalistes dont il salue le courage.

Le président du jury, Jean Gérard Anis, s'est pour sa part dit impressionné face aux talents de ces jeunes filles. Il a tenu à souligner "la force" avec laquelle elles ont exprimé la gravité d'un "désastre" que "les autorités [haïtiennes] ne prennent pas au sérieux" et autour duquel la société reste silencieuse. "Vous êtes les porte-paroles des filles d'Haïti", a-t-il adressé aux championnes. Les organisations féministes, les acteurs combattant pour le respect de l'intégrité des femmes ne doivent plus être seules, a-t-il conclu.

Appelée à placer quelques mots suite à son sacre, la jeune Marie Carly Lafontant, émue, n'a pas livré un long discours. Mais a elle soutenu que ce couronnement voulait dire pour elle qu'elle devrait continuer dans son engagement, dans son combat "pour les sans voix", ces femmes qui souffrent dans l'indifférence totale... et en silence.

Pour conclure, Conversations Essenti'Elles, initiatrice des 16 jours d'activisme et du concours de plaidoiries sur le silence autour des violences faites aux femmes et aux filles, par sa représentante Francesca Rabel, a remercié et félicité les gagnantes ainsi que leurs parents, les partenaires - dont l'ambassade du Canada, ONU Femmes, le ministère de la Condition Féminine et des Droits des Femmes, le PNUD et Nègès Mawon.

Raoul Junior Lorfils

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :