Mercredi 19 Décembre, 2018

Grève du transport en commun : « Confusion » au sein des syndicats

Si pour Changeux Méhu et Duclos Benissoit, la première des deux journées de grève prévues pour aujourd’hui 2 août et demain mardi est toujours maintenue, il est à noter que du côté de Montès Joseph, le mot d’ordre de la grève est levé. « Tous les transporteurs sont mobilisés  pour offrir leurs services à la population », a-t-il déclaré tôt ce lundi matin sur les ondes de radio Caraïbes, tout en soutenant que plusieurs de ses collègues étaient d’accord pour lever la grève.

Mercredi 27 septembre a eu lieu une rencontre entre les membres de la Commission Nationale pour la Modernisation du Transport en Commun et la présidence autour de quatre points relatifs au budget à savoir les taxes sur les passeports, la matricule fiscale, les prix des contraventions  et le permis de conduire, selon ce qu’a expliqué Harry Antony, membre de la commission. « Et dans le cadre de ces négociations, il était question pour le président d’enlever ces quatre points dans le budget,  mais l’exécutif affirmait qu’il ne pouvait faire marche-arrière au sujet du passeport, car ce document coûte trop cher à l’État haïtien », a-t-il expliqué.

Pour les trois autres points, le président a demandé de nous adresser au coordonnateur Ronald Décembre avec qui une rencontre était prévue le lendemain jeudi mais finalement ratée : ce dernier ne nous a jamais recontactés. On a reçu vendredi à 6h une invitation du Palais National vendredi, mais il était trop tard, a relaté Harry Antony, membre de la Coalition Nationale des Syndicats de Transport en commun (CNSTH).

Vu que toutes les revendications sont satisfaites, une majorité des neuf syndicats membres de la commission se mettaient d’accord pour lever la grève, a laissé entendre Montès Joseph.

Ce dernier a, semble-t-il rencontré en huit-clos l’exécutif à l’insu des autres membres, dénonce Harry qui dévoile que leur camarade Montès a été donné un mémorandum au coordonnateur Ronald Décembre. Mémorandum non approuvé par les autres syndicalistes, déplore Harry. Ce qui met dos à dos les acteurs. Ce vent de division qui souffle sur le secteur plane en même temps chez la population dans la confusion qui ne sait pas qui croire, qui suivre ou qui prendre au sérieux dans la question.

Pour Harry Antony, il n’y a pas de division au sein des membres des syndicats. « Montès Joseph ne peut pas prétendre parler au nom des membres et rencontrer l’exécutif sans leur assentiment.  Mon collègue ne peut penser plier tous les syndicats dans sa poche. On est certes une commission mais on doit être à l’écoute de la population », a conclu Harry Antony. « J’espère que Montès ne commettra plus ses dérives et on l’invite à ressaisir ».

Force est de constater que l'ambiance qui règne au niveau du département de l'Ouest laisse présager une timide journée: les activités ont un peu ralenti. Quelques écoles de la capitale ont vu baisser l'effectif des écoliers et ont du fermer leur porte. 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :