Jeudi 12 Décembre, 2019

Corruption : Claudy Gassant, nouveau directeur général de l’ULCC

Maître Claudy Gassant, actuel DIrecteur général de l'Unité de Lutte contre la Corruption./Photo: Sa K ap Kwit.

Maître Claudy Gassant, actuel DIrecteur général de l'Unité de Lutte contre la Corruption./Photo: Sa K ap Kwit.

L'ancien commissaire de gouvernement, Me Claudy Gassant, a été installé comme nouveau Directeur général de l’Unité de Lutte contre la Corruption (ULCC) ce 3 décembre. Le remplaçant de David Bazile est vite rattrapé par d'anciennes déclarations contre le président.

L’ancien chef du parquet Me Claudy Gassant sous la présidence de René Garcia Préval (2006), a été nommé directeur général de l'Unité de Lutte contre la Corruption (ULCC), par arrêté présidentiel, publié dans le journal officiel Le Moniteur en date du 27 novembre dernier. Il est installé ce mercredi 3 décembre et sa nomination fait suite à une vague de remaniements au sein de l'administration de Jovenel Moïse.

Maitre Gassant, qui exigeait la démission de son prédécesseur David Bazile en septembre de l’an dernier après la publication du rapport sur les fonds Petrocaribe, est aujourd’hui membre d’un pouvoir qu’il accusait corruption. Dans une vidéo circulant sur les réseaux sociaux ce mercredi, on peut voir l'ancien commissaire du gouvernement traiter le président Jovenel Moïse d’"inculpé". Il faisait référence à l'affaire de blanchiment des avoirs impliquant l'ancien patron d'Agritrans.

 

Ses déclarations lancées lors de l'émission de débat "Sa kap kwit", à titre d’opposant farouche au pouvoir Tèt Kale, ont été déterrées des archives. Ces images sont reprises par des internautes qui critiquent vertement cet homme pour avoir accepté de devenir membre d’une administration qu’il combattait du bec et des ongles, pour corruption.

Soulignons en effet que Me Gassant rejoint l'Unité de lutte pour la corruption à un moment où les Haïtiens, à travers le mouvement Petrocaribe Challenge, exigent toute la lumière sur l'utilisation des plus de trois (3) milliards de dollars des fonds Petrocaribe, donnés à Haïti sous forme de prêts. Cet argent vénézuélien était censé permettre à l'Etat haïtien de mettre en place des programmes sociaux en faveur des populations défavorisées et d'exécuter des projets de développement.

Rappelons que la dernière partie du rapport de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSCCS) sur la dépense de ces fonds, pointe du doigt même le président de la République, accusé d'avoir été, avant d'accéder à la présidence, "au coeur d'un vaste stratagème de détournement" des fonds Petrocaribe.

Ce document, à côté d'autres, a alimenté de nombreux mouvements de protestation contre le pouvoir en place, dont de nombreux secteurs de la vie nationale exigent la démission depuis des mois.

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :