Mardi 22 Octobre, 2019

Haïti-Crise: Garry Bodeau appelle à la désignation d’un nouveau PM

Gary Bodeau, président de la Chambre des députés

Gary Bodeau, président de la Chambre des députés

Le président de la Chambre des députés Garry Bodeau rejette toute possibilité de la résolution de la crise actuelle par un simple dialogue entre les acteurs politiques. Il appelle, en ce sens, le président de la République Jovenel Moïse à engager des pourparlers formels avec les présidents des deux banches du Parlement dans le cadre d’un dialogue institutionnel pour désigner un nouveau Premier ministre. Ce dernier, selon lui, devra contribuer à sortir le pays de l’impasse en formant un nouveau gouvernement de cohabitation avec l’opposition politique.

« La crise actuelle est l’expression d’une volonté de mettre fin à système prédateur. Je ne crois pas que les conditions soient réunies pour engager un dialogue conjoncturel pouvant faciliter la résolution de tous les maux auxquels le pays se trouve confronté », indique Garry Bodeau.

L’élu de la commune de Delmas qui fait remarquer qu’il ne se retrouve pas totalement dans la proposition de l’après Jovenel Moïse soumise par les membres de l’opposition croit toutefois que le chef de l’Etat peut s’inspirer de quelques points importants dans ce document afin résoudre la dimension conjoncturelle de la crise.

Garry Bodeau qui s’est penché sur les menaces de mort et d’intimidation proférées à l’encontre des juges du tribunal administratif recommande que le directeur général qui avait appelé au téléphone un conseiller de la Cour des comptes réponde aux questions de la direction centrale de la police judicaire ( DCPJ).

Le parlementaire, s’interrogeant sur les secteurs qui pourraient être derrière ces menaces et leurs motivations, affirme s’être entretenu avec le président de la République et le Premier ministre nommé sur cette question. Il dit avoir demandé à ces derniers que des dispositions soient prises pour renforcer la sécurité des conseillers de la Cour des comptes.

Concernant la démarche des députés de l’opposition qui ont adressé une correspondance au numéro 1 de la Chambre basse pour lui demander de mettre en accusation le président de la République pour crime de haute trahison, Garry Bodeau estime qu’il s’agit purement et simplement de la démagogie puisque selon lui, les députés savent très bien que la conférence des présidents ne peut que fixer une date de séance. 

Plusieurs blocs de la Chambre basse ont paraphé une entente pour faciliter la séance en assemblée nationale qui a marqué l’ouverture de la session ordinaire de la quatrième et dernière année de la 50ème législature, mercredi dernier. Cet accord portait sur l’inscription au menu de la prochaine séance la mise en accusation du président de la République accusé de crime haute trahison.

En moins de 24 heures après la signature de cet accord, les parties se contredisent.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :