Jeudi 18 Juillet, 2019

Les 18 révocations au palais national expliquées par Guichard Doré

« Réduire le nombre de ses conseillers, faire appel à de nouvelles têtes, établir une meilleure coordination entre le travail du cabinet présidentiel et celui du premier ministre Jean Henry Céant ». Guichard Doré explique pourquoi 18 anciens commis de l’État ont été démis de leurs fonctions au Palais national. Il souligne que Jovenel Moïse cherche de l’efficacité dans les actions de son pouvoir en constituant une équipe de « compétences transversales » pour se concentrer sur des dossiers stratégiques.

Plusieurs conseillers ont été renvoyés du cabinet du président dont Wilson Laleau, ancien ministre de l’Économie et des Finances et Yves Germain Joseph, ex-grand commis de l’État, tous deux indexés dans le rapport sur la dilapidation des fonds PetroCaribe. Cette décision fait suite à la grande marche de mobilisation organisée le 17 octobre dans laquelle la population réclamait justice et lumière sur l'affaire Petrocaribe.

Selon les explications de Guichard Doré, le limogeage de ces cadres signale une volonté du chef de l’État de réorienter son cabinet en tenant compte des nouvelles préoccupations du moment. Le président veut se concentrer sur des dossiers stratégiques, fait-il savoir. Jovenel Moise détient le droit le plus entier d’inviter qui il veut à intégrer son cabinet, poursuit Doré avant d’enchaîner que le président est à la recherche de « compétences transversales ». Et la démarche, dit-il, vise aussi à réduire le nombre de ses conseillers spéciaux à 6 ou 7.

Guichar Doré, intervenant au journal Premye okazyon (Premières occasions) de Radio Caraïbes, affirme que le président de la République a déjà  fait appel à lui pour réintégrer son cabinet. Et la possibilité de reconduire plusieurs autres membres révoqués n’est pas écartée, selon lui.

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :