Vendredi 22 Septembre, 2017

(FLASH) Des policiers ont intercepté la voiture de Moise Jean Charles

Moise Jean Charles à Lalue (zone ruelle Berne) ce 13 septembre 2017. Crédit Photo : Estailove St-Val

Moise Jean Charles à Lalue (zone ruelle Berne) ce 13 septembre 2017. Crédit Photo : Estailove St-Val

La voiture de Moise Jean Charles aurait été interceptée par la PNH aujourd’hui. Le leader de Pitit Desalin se trouvait à Delmas 75, entouré de quelques supporters lors de l'incident. Plusieurs parlementaires se sont rendus sur place pour apporter leur support à l'ancien Sénateur. Le ministre de la justice, Heidi Fortuné s'était aussi rendu sur les lieux.

« Je condamne ce qui est arrivé », a déclaré Gary Bodeau à la radio Zenith. C’est une situation « frustrante » et « révoltante » renchérit de son côté le député Antoine Rodon Bien-Aimé.

Selon Assad Volcy, « ce qui est passé est extrêmement grave. Comme ancien camarade de combat, en dehors de nos problèmes, je ne peux rester indifférent à ce qui vient de se passer. Nous condamnons ce qui s’est passé à Delmas 75. Nous espérons que la police va prendre ses responsabilités pour expliquer ce qui s’est passé. Stopper sa voiture sans rien dire est inacceptable. Nous n’allons pas tolérer les actes arbitraires dans le pays. »

Le député Bien-Aimé, a saisi l'occasion pour exprimer : « toute [sa] solidarité à Moise Jean Charles. Il s’agit d’une provocation du pouvoir Tèt Kale. »

Le sénateur Evalière Beauplan qui a pris position contre le budget explique de son coté que « le peuple comprend et prend la rue ». « Nous demandons au peuple de manifester pacifiquement. Ce matin, ils ont tenté d’arrêter un des leaders de cette manifestation. S’ils veulent restaurer la dictature dans le pays, ils ne doivent pas arrêter seulement Moïse Jean Charles, (…) ils doivent nous arrêter aussi. C’est une cause pour le peuple haïtien. »

L'ancien Premier ministre sous l'Administration Martelly, Evans Paul, dans un message publié sur twitter enjoint le gouvernement à « éviter toutes maladresses susceptibles de compliquer la situation politique déjà dégénérée. »

Une manifestation improvisée résultante de cet incident s'est rendue à Pétion-ville. Arrivée à destination, les protestataires n'ont cessé de scander des propos hostiles envers le pouvoir en place. Toutefois, aucune casse n'était enregistrée au moment de la rédaction de cet article. 

Rappelons que dans une entrevue accordée au quotidien Le Nouvelliste, le leader politique a présenté des excuses pour les casses enregistrées lors de la manifestation organisée ce mardi 12 septembre à Port-au-Prince.

Manifestation contre « tentative d’arrestation » de Moise Jean Charles