Vendredi 22 Mars, 2019

Financement parti politique: 2 élus de VERITE démissionnent

Rien ne va plus chez VERITE. C’est en tout cas ce qu’a confirmé le Député de Pétion-Ville, Jerry Tardieu, expliquant lors d’une entrevue accordée à Radio Métropole, les motifs lui ayant poussé à se séparer de cette famille politique avec laquelle il est entré à la chambre basse du Parlement.

L’élu de la 50e législature révèle que depuis un certain temps, les choses vont mal dans la vie de cette formation politique fondée par le défunt Chef d’Etat aux deux mandats, René Préval. Mal… si mal, au point qu’il a du, fait-il savoir, être l’un des premiers à « tirer sur la sonnette d’alarme ».

Il est apparemment trop tard maintenant pour prendre ses mises-en-garde au sérieux. Cette semaine même, plusieurs membres, dont le Sénateur Antonio Chéramy, ont annoncé leur démission de la plateforme, deuxième plus importante structure politique du pays (après le PHTK), avec 18 députés, 3 sénateurs, 17 cartels municipaux et plus de 500 CASEC, ASEC et délégués de ville élus.

La nuit s’abat sur VERITE à un moment où l’administration Moise-Lafontant est en plein dans le processus de financement des partis politiques en Haïti. Et c’est justement ce qui serait à la base de cette division au sein du groupe.

Des 57 structures politiques éligibles pour ce financement public, pas plus tard ce mois de janvier, plusieurs ont déjà retiré leur chèque dont le poids dépends du nombre d’élus qu’ils ont eu durant les dernières joutes électorales. VERITE a lui aussi eu droit à un chèque 13,487,499 gourdes que des influents au sein de la plateforme ne comptent pas laisser filer.

« C’est la goute d’eau qui a renversé le vase », confie Tardieu, en désaccord avec l’attitude de ces derniers vis-à-vis de cet exercice pour lequel aucun mécanisme de suivi des dépenses de ce fonds puisé des poches des contribuables, aucune balise, n’a été mis en place.

Certains bénéficiaires de ce financement n’ont même pas de domicile connu, selon le parlementaire, déplorant le fait que la structure avec laquelle il a fait campagne semble s’éloigner de sa philosophie de départ et que le désordre semble s'y installer. « Pour le moment, le parti compte deux Coordonnateurs », dit-il, ajoutant qu’il ne sait même pas à qui remettre sa lettre de démission ».

Quant au Sénateur Chéramy, il a démissionné pour les mêmes causes. Ses propos au journal Le Nouvelliste sont claires : « Je suis obligé de démissionner de VERITE parce qu’il décide de marcher dans la logique du PHTK […] Je ne peux pas faire partir d’une structure politique vassalisée par l’exécutif ».

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :