Lundi 24 Septembre, 2018

Festival de Jazz de P-au-P : rencontre entre musiques du monde et jazz

12e éd. du festival international de Jazz de Port-au-Prince, du 20 au 27 janvier 2017. Photo : Estailove St-Val/LoopHaiti

12e éd. du festival international de Jazz de Port-au-Prince, du 20 au 27 janvier 2017. Photo : Estailove St-Val/LoopHaiti

Depuis 12 ans, les mélomanes haïtiens ont pris l’habitude de se pourlécher les babines avec la tenue du Festival international de jazz de Port-au-Prince. Seul accroc à cette tradition, l’année dernière, l’évènement s’était réalisé en mars en raison du climat électoral de l’époque.

Ce mardi 9 janvier, organisateurs et supporteurs se tenaient côte à côte pour lancer, avec solennité, la douzième édition du plus grand festival de jazz dans la Grande Caraïbe qui se tiendra du 20 au 27 janvier prochain. Pour cette douzième, le public aura droit à une trentaine de prestations métissées jazz, funk, compas, afrobeat,  gospel, racine, et patin-couffin.

A côté du « Brésil », pays invité d’honneur cette année, cette édition rend hommage à Herby Widmaier, père du jazz en Haïti. Décédé en avril 2017, ce chanteur, arrangeur, ingénieur du son et homme de radio restera à jamais le « père spirituel » du festival, selon les mots de Milena Sandler, directrice générale de la Fondation Haïti Jazz.

Par elle, nous avons appris que le budget alloué à cette activité a atteint les 280 000 dollars cette année. Somme en nette supériorité par rapport à l’année dernière quand les montants avoisinaient les 211 000. Toutefois, elle a précisé que ce « budget ne prend pas en compte la part des dix ambassades partenaires du festival ».

En ce qui concerne l’emplacement du festival, près d’une douzaine de planches accueilleront les festivités partagées par deux villes : Port-au-Prince, siège social du festival, et Jacmel, « Ville créative » pour la promotion de la culture, des traditions, de l’art et de l’artisanat depuis 2014.

Huit médias étrangers assureront la retransmission en direct du festival : Forbes.com, France 24, Haitian Time, Arte, Canal Plus, Teen Vogue, France télévision et Radio France. Ces journalistes seront hébergés par l’Association Touristique d'Haïti (ATH), a confirmé Mme Béatrice Nadal.

Voix des ambassadeurs

Jazzophile de son état, l’ambassadeur du brésil, M. Fernando Vidal détient uniquement des commentaires élogieux à l’égard du festival et de l’équipe organisatrice qui a trouvé juste d’inviter son pays à titre d’invité d’honneur. « Ce choix, pense-t-il, constitue une excellente occasion de célébrer les liens d’amitié et l’héritage culturel qui unissent les Brésil et Haïti ».

Leila Pinheiro et son invité spécial Nelson Faria, découvriront un pays plein de merveilles naturelles, de richesse culturelle et de diversité humaine, ajoute l’ambassadeur, enthousiasmé.

Les ambassades de France et de Suisse s’acoquinent dans un élan de métissage pour faire venir un groupe franco-suisse de haute renommée : Erik Truffaz Quartet. Elisabeth Beton Delegue, ambassadeur de France, estime que c’est un bonheur de se retrouver de nouveau aux cotés de ce festival qui « constitue le temps fort de la vie culturelle en Haïti ». Elle tenait également à féliciter l’initiative s’inscrivant dans la pérennité.

Faisant ses adieux au festival en tant qu’ambassadeur de suisse, Jean Luc Virchaux espère y revenir un jour en tant que simple spectateur. Au même titre que son homologue Delegue, il trouve que ce festival « représente un immense défi ». « C’est un objet musical non identifié, issu d’un métissage des genres, qui rassemble et satisfait amateurs de jazz, de hip-hop, et d’instruments classiques ».

Artistes à l’honneur

A la cuvée de cette édition, 18 artistes et groupes haïtiens y prendront part. Des plus jeunes aux plus anciens, habitués de l’expérience, nous retrouvons John Bern Thomas qui a publié en juin 2017 son premier disque baptisé : « Mèsi, Merci, Thank you, Gracias » ; Réginald Policard, Strings et son flamenco tropical, Beethovas et Emmanuel Obas pour une bossa nova créole, Rutshelle Guillaume, Wesli et le groupe mythique haïtien RAM, pour ne citer que ceux-là.

De l’autre côté, la grosse pointure Kenny Garrett détenteur d’un Grammy Award sera de la partie. De ce dernier, Miles Davis disait qu’ « aucun saxophoniste ne m’avait autant ébahi, depuis John Coltane ! ». De sa présentation faite par Joel widmaier, président de la Fondation Haiti Jazz, nous entendons qu’il « reste l’un des meilleurs souffleurs de la jazzosphèle contemporaine. Il est capable d’une belle exubérance comme d’une profonde spiritualité ».

Autre Grammy Award winner, Norman Brown qui y a participé en 2017. Ce virtuose « associe sans peine les éléments les plus fins du jazz, du R&B, de la pop et du blues pour créer un son qui lui est propre, entre le smoothet le soul jazz », pouvait-on lire dans le fascicule du festival.

L’Etat et le festival

Ayant brillé par son absence lors de la conférence de lancement, le ministre de la Culture et de la Communication Limond Toussaint, avait déjà adressé ses mots d’encouragements au festival retracés dans ledit fascicule. « Devenu une musique universelle, le jazz évolue dans tous les courants et dans toutes les gammes de pensées ».

 

Entre tâtonnements et hésitation, la ministre du Tourisme et des Industries créatives Colombe Emilie Jessy Ménos, la dernière à prendre la parole, estime que cet évènement « incontournable dans la vie culturelle haïtienne » constitue un « excellent moyen de mettre en valeur nos sites touristiques ».

Visiblement sous le charme de la maquette visuelle du festival, elle a profité de l’occasion pour saluer la grande créativité du peintre Jean Eddy Pierre, concepteur du tableau. Elle pense qu’une pareille image ne peut laisser aucun touriste indifférent.

Dernière nouvelle : cette édition fait la transition entre Festival international de jazz de Port-au-Prince et PAPJAZZ, terme plus « simple, plus percutant et qui se prononce dans toutes les langues ». Mais il faudra attendre 2019 pour que ce nom s’officialise, boucle Milena Sandler.

 

Lancement 12e édition Festival international de jazz de Port-au-Prince