Mardi 19 Novembre, 2019

Dialogue: la commission présidentielle perd 4 de ses membres

Jovenel Moïse/ AFP

Jovenel Moïse/ AFP

L’intervention du président de la République au palais national hier mardi, fait ses premiers dégâts. Seulement 24 heures après cette conférence de presse, quatre (4) des sept (7) personnalités composant la commission présidentielle de facilitation du dialogue ont exprimé leur déception et annoncé leur démission.

C'est Evans Paul lui-même, coordonnateur de ladite structure qui a validé cette information pour Loop Haiti cet après-midi, pour confirmer les bruits qui couraient déjà sur le sujet. Cette décision est la conséquence directe de la conférence de presse tenue par le chef de l'Etat mardi 15 octobre, lors de laquelle il a soutenu que l'option de la démission, qu'il juge d'ailleurs "irresponsable", n'était pas à l'ordre du jour.

Evans Paul, Josué Pierre-Louis et Jean Roudolph Joasile, Line Saint-fort Baltazar ont tous quitté le bateau après cette sortie du chef de l'Etat. "Nous avions pris une grande responsabilité en acceptant de faire partie de cette structure du président. Ceci avait de grands impacts négatifs sur notre personnalité", a fait savoir l'ancien Premier ministre qui indique qu'après cette conférence de Moïse, le travail de la commission allait devenir davantage difficile au vu des circonstances actuelles.

"Je n'allais pas demander au président de faire un discours pour dire qu'il allait démissionner. Sinon la commission n'aurait pas même sa raison d'être. Mais le fait pour lui [Jovenel Moïse] d'être si catégorique en disant qu'il ne va pas démissionner veut dire que tout n'allait pas être sur la table des négociations", interprète Paul qui pourtant, dans ses pourparlers avec les autres acteurs concernés, tentait de les rassurer que tout serait pris en compte dans le cadre de ce dialogue.

Dans une entrevue accordée mardi après-midi à radio Kiskeya, soit quelques heures après l'intervention du locataire du palais national, Evans Paul critiquant déjà l'attitude du président qui, estime-t-il, s'est exprimé d'une manière qui n'a pas du tout arrangé les choses. « Le chef de l’Etat devrait aborder de préférence d’autres dossiers essentiels tels que Petrocaribe, Dermalog ou l’épineuse affaire du massacre de La Saline », avait analysé l'ancien chef de gouvernement. Mais insister autant sur son refus de démissionner a bousillé tous les efforts, avait-il fait laissé entendre.

Rappelons que cette commission présidentielle constituée désormais de quatre (4) membres, a pour mission de « conduire les discussions devant aboutir à une solution concertée de sortie de crise ». Parallèlement, les membres de l’opposition ont créé eux aussi leur propre commission devant faciliter la passation du pouvoir après la démission de Moïse. Ces commissaires auront pour tâche de favoriser la mise en place d’un gouvernement de transition.

La rédaction avec Raoul Junior Lorfils

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :