Mardi 15 Octobre, 2019

Face à la crise, plusieurs écoles ferment leurs portes prématurément

Cette ancienne photo de l’école Saint-Joseph de Pétion-Ville sert uniquement d'illustration à l'article

Cette ancienne photo de l’école Saint-Joseph de Pétion-Ville sert uniquement d'illustration à l'article

Plusieurs écoles secondaires du pays, notamment dans la capitale haïtienne, ont décidé de fermer leurs portes et mettre un terme à l’année scolaire 2018-2019 de manière prématurée. Ce, à cause des violentes manifestations qui sévissent dans les rues de la capitale depuis le 9 juin dernier, pour réclamer le départ du président Jovenel Moise, accusé par la CSC/CA dans son rapport final Petrocaribe.

La plupart de ces écoles qui se trouvent dans l’air métropolitaine, certaines, non loin du Palais national ont déclaré avoir subi des agressions, soit sur leurs personnels, soit sur leurs bâtiments, de la part de certains individus malintentionnés. C'est le cas de l’école Jean-Marie Guilloux, Saint-Louis de Gonzague et l'école Saint-Joseph de Pétion-Ville.

Ainsi, ces institutions, pour la protection des écoliers et des enseignants, ont décidé de ne pas poursuivre avec la période des examens du dernier trimestre pour l'année académique 2018-2019, qui devrait prendre fin au cours de la troisième semaine du mois de juin.

Rappelons que le ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP), en date du 10 Juin, avait publié une note dans laquelle il lançait un cri d’alarme pour protéger le droit à l’éducation. Dans cette note, le MENFP avait rappelé que les mois de juin et de juillet représentent un moment important dans l'évaluation des acquis des apprenants haïtiens

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :