Samedi 17 Août, 2019

Exode d'Haïtiens vers le Panama, le président Varela parle d'une crise

Migrants haïtiens. Photo: Listin Diario

Migrants haïtiens. Photo: Listin Diario

Le président panaméen, Juan Carlos Varela, a ouvertement déclaré mardi dernier que son pays connaissait actuellement une crise migratoire inquiétante avec plus de 4000 personnes, majoritairement de nationalité haïtienne, en situation irrégulière qui ont franchi le territoire panaméen en route pour l’Amérique du Nord.

Une situation que le président présente comme l’un des moments les plus critiques auxquels son gouvernement ait à fait face. « Nous sommes dans l’un des moments les plus critiques de la crise migratoire du pays avec plus de 4000 migrants », a informé le numéro un du Panama soulignant qu’un programme avec le Costa Rica est déjà en cours pour assister les migrants.

Pour l’instant les ressortissants se trouvent dans deux villes panaméennes: Darién qui partage une frontière avec la Colombie et Gualaca, limitrophe de Costa-Rica, selon Carlos Varela qui prédit que le nombre des réfugiés pourraient atteindre 28 000 avant la fin de l’année.

Pour contrôler ce flux migratoire et sécuriser la population panaméenne, les gouvernements panaméen et costaricien ont mis sur pied un programme dénommé « flujo controlado » qui est un processus de vérification biométrique et sanitaire. Soulignons qu’un fond de 35 millions de dollars américains est disponible pour ce programme.

Toutefois, malgré le flux migratoire grandissant, le président panaméen n’entend pas fermer la frontière (Panama-Colombie) d’où les migrants arrivent en grand nombre. Pour le chef d’Etat, « fermer la frontière serait une façon d’attenter à la vie des non documentés.» Le premier mandataire panaméen préfère les rendre aux autorités costariciennes à raison de 100 par jour.

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :