Dimanche 27 May, 2018

Evalière Beauplan promet du lourd pour la séance du PetroCaribe

Une séance au parlement. Photo: Ma Santé

Une séance au parlement. Photo: Ma Santé

Les discussions autour du rapport PetroCaribe sont reprises au Sénat dans la séance vers 5 heures cet après-midi. Le nouveau président, Joseph Lambert, a annoncé que le sujet serait à l’ordre du jour au cours d’une visite de l’Ambassadeur du Canada, André Frenette, au parlement. Le sénateur Evalière Beauplan a dit qu'il fourbit ses armes pour aller défendre le rapport rédigé par sa commission d’enquête.

« J’apporterai tous les documents nécessaires pour prouver, encore une fois, l’authenticité de mon rapport » a révélé le sénateur du Nord-ouest à la tribune matinale de Majik 9. En plus du rapport, Evalière Beauplan promet de débarquer avec des contenus audiovisuels pour prouver la véracité de certains témoignages.

« Les faits sont probants. Les fonds du PetroCaribe ont été dilapidés et il n’y a que les accusés qui nient cela » poursuit le sénateur qui compte aller jusqu’au bout. Evalière Beauplan veut éviter toute forme de persécution contre les instances citées dans le rapport. Il remet toute forme de pénalisation à la justice qui devra, selon lui, approfondir certains points non élucidés par le rapport. « Je n’ai pas eu accès à toutes les informations nécessaires parce certaines ont été retenues par certaines personnes et institutions » a avoué le sénateur du Nord-ouest.

Les débats ont démarré sous les chapeaux de roues entre les deux camps de la chambre haute. Jean Marie Salomon et Jean Renel Sénatus ont commencé à questionner les contradictions entre le rapport de Youri Latortue et celui d’Evalière Beauplan. Les deux sénateurs veulent que tous les coupables soient jugés sans aucune forme de partisannerie.

L’autre sénateur du Nord-ouest et grand partisan du PHTK, Kedler Augustin, pense que le sénat seul ne peut traiter le dossier. « La chambre des députés peut lui aussi rédiger son rapport » a indiqué Kedler Augustin pour démontrer que les démarches doivent respecter les normes constitutionnelles.

Le sénateur questionne l’absence des apports techniques de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA). « J’ai remarqué que les procédures ont été galvaudées par les enquêteurs » a lancé Kedler Augustin pour clore sa première intervention.

Il faut souligner que les sénateurs de la majorité s’acharnent contre le rapport et ses éditeurs au fur et à mesure que les débats progressent.

Mise à jour: La séance prolongée jusqu'à jeudi matin n'a pas abouti sur des actes concrets. Le sénateur Kedler Augustin a passé presque toute la soirée à argumenter sur l'irrecevabilité du rapport. Il fallait l'intervention du président Joseph Lambert pour lui faire cesser avec ses argumentations. Après plusieurs heures d'intenses débats, les sénateurs de l'opposition ont infirmé le quorum. Patrice Dumont, Jean Mary Salomon, Jean Renel Sénatus et Antonio Cheramy ont laissé la salle pour pénaliser toute forme de conclusion du bloc majoritaire. Le président, Joseph Lambert s'est obligé de renvoyer la séance pour le 6 février prochain.