Vendredi 6 Décembre, 2019

Euro-2020: le Portugal y sera, encore caché derrière Ronaldo

L'attaquant et capitaine du Portugal, Cristiano Ronaldo après avoir inscrit un but contre la Lituanie, en qualifications à l'Euro, le 14 novembre 2019 à Faro

L'attaquant et capitaine du Portugal, Cristiano Ronaldo après avoir inscrit un but contre la Lituanie, en qualifications à l'Euro, le 14 novembre 2019 à Faro

Laborieusement qualifié dimanche pour l'Euro-2020, le Portugal défendra sa couronne de 2016 autour d'un Cristiano Ronaldo toujours aussi prépondérant à bientôt 35 ans. Car derrière la superstar, la relève tarde à s'affirmer chez les champions d'Europe en titre, à l'exception de Bernardo Silva.

. Ronaldo, colosse "diminué"

Pendant près d'une semaine, le sélectionneur portugais Fernando Santos a répété que "CR7" allait bien, contrecarrant les déclarations de l'entraîneur de la Juventus, Maurizio Sarri, qui évoquait pour sa part "un petit problème au genou" pour le quintuple Ballon d'or.

Puis, dimanche, après la victoire au Luxembourg (2-0) qui a scellé la qualification de la Seleçao, Ronaldo a reconnu avoir joué "diminué" en raison d'une blessure qui l'inquiète depuis "trois semaines".

Si le natif de Madère a écarté toute polémique avec Sarri, qui avait pris le risque de le froisser en le remplaçant, l'épisode aura révélé à quel point ses pépins physiques peuvent être un sujet délicat à sept mois du championnat d'Europe (12 juin-12 juillet).

Pour le collectionneur de records qu'est Cristiano Ronaldo, sa participation à un cinquième Euro ne fait aucun doute: cela lui permettrait d'égaler son ancien équipier Iker Casillas (5 convocations en phase finale d'Euro avec l'Espagne).

Même amoindri, "CR7" a continué d'enrichir sa légende en signant un triplé lors du large succès jeudi face à la Lituanie (6-0), enchaînant au Luxembourg avec un nouveau but, son 99e en 164 matches internationaux, un total qui le rapproche encore un peu du record de l'Iranien Ali Daei (109 buts).

. Bernardo, lueur isolée

En huit rencontres qualificatives, il aura marqué la moitié des 22 buts de son équipe.

Derrière lui, seul le meneur de jeu Bernardo Silva, auteur de trois buts et six passes décisives, est parvenu à enchaîner les performances après avoir été élu meilleur joueur de la Ligue des nations, la nouvelle compétition de l'UEFA remportée par le Portugal sur ses terres l'été dernier.

AFP / JOHN THYSLe milieu de terrain portugais Bernardo Silva face au Luxembourg, en qualifications à l'Euro, le 17 novembre 2019 au stade Josy Barthel

Le milieu créatif de Manchester City, qui a raté l'Euro-2016 pour blessure, est à 25 ans au sommet de son art, montrant encore une fois dimanche au Luxembourg qu'il est capable lui aussi d'éclairer la voie grâce à sa vista et à la précision de son pied gauche.

A cette exception près, les candidats se succèdent aux côtés de Cristiano Ronaldo mais aucun ne semble en mesure de pouvoir le suppléer dans un avenir proche. André Silva, Gonçalo Guedes, Joao Félix ou, plus récemment, Gonçalo Paciência ont tous tenté leur chance sans convaincre réellement.

Pepe, qui aura lui 37 ans l'été prochain, s'avère lui aussi difficile à remplacer, le jeune Ruben Dias étant encore un peu juste pour endosser le costume de patron de la défense portugaise.

. "Candidat, pas favori"

La presse lusitanienne saluait lundi la qualification de son équipe à son onzième grand tournoi international consécutif, une prouesse uniquement égalée ces 20 dernières années par la France, l'Allemagne et l'Espagne.

Dans le même temps, les commentateurs n'ont pas manqué de souligner les difficultés éprouvées par le Portugal pour se qualifier aux dépens de la Serbie au sein d'une poule dominée par l'Ukraine.

"Il serait temps pour le Portugal d'arriver à mieux définir son jeu, davantage en fonction de lui-même que du type d'adversaire", s'est inquiété Vitor Serpa dans l'éditorial du quotidien sportif A Bola.

Toujours critiqué pour son réalisme à outrance, le sélectionneur Fernando Santos n'en démord pas et demande à être jugé uniquement sur ses résultats.

"Le Portugal n'a peut-être pas le jeu le plus brillant du monde mais nous avons remporté deux des trois dernières compétitions", a-t-il fait valoir. Entre les succès de l'Euro-2016 et de la Ligue des Nations, les Portugais ont été stoppés en huitièmes de finale du Mondial-2018, par l'Uruguay.

En vue de l'Euro-2020, le coach de 65 ans a répété son mantra: "Le Portugal est candidat à la victoire mais n'est pas favori". Il a toutefois précisé que l'Allemagne, la France et l'Espagne sont à ses yeux les principaux "favoris", tandis que le Portugal figure parmi les "candidats" aux côtés de la Croatie, l'Angleterre, la Belgique et les Pays-Bas

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :