Vendredi 18 Septembre, 2020

Etudiant écrasé : le doyen Blot « ne pouvait éviter un tel accident »

Jean Yves Blot et Jean John Rock Gourgueder.

Jean Yves Blot et Jean John Rock Gourgueder.

Le sujet a fait couler beaucoup d’encre. Après plus de deux mois de travail, la commission d’enquête mandatée par le rectorat de l’Université d’Etat d’Haiti (UEH) vient de rendre son rapport sur « l’incident malheureux » : la voiture du doyen de la Faculté d’Ethnologie (FE) Jean Yves Blot qui a roulé sur l’étudiant Jean John Rock Gourgueder.

D’après les analyses des membres de la commissions « la victime était effectivement en dehors du champ de vision direct du conducteur qui ne pouvait en conséquence éviter un tel accident ».

Dans le cadre de cette enquête, la commission dit avoir auditionné 20 personnes, parmi elles des membres du Conseil de Direction de la FE, des étudiants réguliers, des gardiens, des agents de sécurités, des témoins de l’évènement, les quatre (4) étudiants sanctionnés, les médecins traitant l’étudiant fracturé. Selon les témoignages recueillis deux versions des faits s’affrontent: « la victime s’était étendue sur le passage du véhicule dans le sens de la largeur de la barrière », « la victime s’était précipitée tout à coup devant le véhicule dans le même sens ». Les enquêteurs estiment qu’elles sont « toutes les deux invraisemblables ».  

Pour eux, la thèse « plus plausible » est celle « d’une tentative d’agrippement acrobatique de la victime au minibus » qui a donné lieu à cet accident que les enquêteurs jugent de « stupide » et déplorent.

Par ailleurs, les enquêteurs ont faits une autre révélation pas anodine : « Selon des sources médicales, le patient aurait pu être exéaté après dix (10) jours d’hospitalisation, cependant il est resté au centre d’hospitalisation après un mois sous pressions externes, et en était sorti sans accord de suivi avec le médecin. »

Le rapport est paraphé par les professeurs Wilson Célestin et Louis-Charles Roland, alors que la commission d’enquête est composée de deux autres membres supplémentaires : Djacaman Charles et Wilhem Michel.

Il faut souligner que dès l’annonce de la mise sur pied de cette commission le 15 juin dernier, certains étudiants de la Faculté d’Ethnologie l’ont catégoriquement « rejet[é]  »  soupçonnant qu’elle vise à « blanchir » Jean Yves Blot.

Le vendredi 11 août dernier, les étudiants de la Faculté d’Ethnologie, ont exposé un cercueil pour chanter symboliquement les funérailles du doyen.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :