Samedi 4 Juillet, 2020

Espagne: un an après l'échec de la sécession, Puigdemont revient à la charge

L'ancien président catalan Carles Puigdemont à Bruxelles, le 25 septembre 2018

L'ancien président catalan Carles Puigdemont à Bruxelles, le 25 septembre 2018

Un an après avoir menacé l'unité de l'Espagne avec une tentative de sécession, l'ancien président catalan Carles Puigdemont tente samedi depuis son exil de rassembler tous les séparatistes derrière lui pour poursuivre le rêve d'une Catalogne indépendante alors que la base s'impatiente.

Ni le lieu ni la date n'ont été choisis par hasard: ce congrès a lieu à six kilomètres à peine de la prison de Lledoners, où des dirigeants séparatistes attendent d'être jugés pour rébellion, et un an exactement après que le parlement catalan eut proclamé une république indépendante le 27 octobre 2017.

- "Prenons la rue !" -

Ces comités, formés l'an dernier pour préparer le référendum d'autodétermination interdit ayant précédé la vaine déclaration d'indépendance, se sont distingués par leurs actions musclées.

De son côté, la puissante association indépendantiste ANC, organisatrice de spectaculaires manifestations de masse, a appelé ses militants à se présenter aux bureaux de l’administration régionale pour réclamer la publication au Journal officiel de la proclamation d'indépendance.

Depuis, M. Torra s'est gardé de violer la loi, même s'il multiplie les discours incendiaires.

- Crise au sein de l'indépendantisme -

Les quatre députés refusant de céder leur siège à des remplaçants, les indépendandistes ont vu leurs voix réduites de 70 à 65 (sur 135) et perdu la majorité à la chambre régionale qu'ils avaient acquise en 2015.

M. Puigdemont, installé à Waterloo dans la banlieue de Bruxelles, n'en sera pas, l'Espagne ne jugeant pas en absence.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :