Mardi 18 Février, 2020

Espagne: premier revers pour le Barça de Setién à Valence

Lionel Messi dépité lors du match perdu par le FC Barcelone à Valence, le 25 janvier 2020. AFP / JOSE JORDAN

Lionel Messi dépité lors du match perdu par le FC Barcelone à Valence, le 25 janvier 2020. AFP / JOSE JORDAN

Premier coup dur pour Setién: pour son 3e match sur le banc du Barça, l'entraîneur Quique Setién a essuyé sa première défaite à Valence 2-0, samedi pour la 21e journée de Liga, de quoi fragiliser la 1re place des Blaugranas au classement.

Beaucoup de passes, mais aucun but: une semaine après son récital contre Grenade, où il avait culminé à 1.005 passes (dont 92% réussies, et avec 82,1% de possession de balle, deux records cette saison), le Barça a reconduit le plan de jeu de son nouvel entraîneur à Valence mais a plié sur un but contre son camp de Jordi Alba et une réalisation de l'Uruguayen Maxi Gomez.

Malgré un grand Marc-André ter Stegen, qui a repoussé le pénalty de ce même Maxi Gomez dès la 8e minute et qui a multiplié les arrêts de grande classe en première période, les Blaugranas, inoffensifs devant les cages valenciennes et fébriles en défense, n'ont pas réussi à rester imperméables.

Vainqueurs d'Ibiza (D3) dans la difficulté mercredi en Coupe du Roi grâce à un doublé d'Antoine Griezmann, les hommes de Quique Setién, déjà critiqué moins de deux semaines après le limogeage de son prédécesseur Ernesto Valverde, ont manqué de verticalité dans leur jeu. La paire de défenseurs centraux Gérard Piqué - Samuel Umtiti n'a pas été des plus rassurantes.

AFP / JOSE JORDANLionel Messi dépité lors du match perdu par le FC Barcelone à Valence, le 25 janvier 2020

Même Lionel Messi, capitaine du Barça, n'a rien pu faire : alors qu'il a sauvé les siens à maintes reprises cet hiver, l'Argentin a livré une prestation très moyenne samedi, enchaînant les passes manquées, les coups francs ratés et les mauvais choix.

- Iñaki Williams victime de cris racistes -

Malgré ce match nul, le FC Barcelone, dont le chantier devra s'accélérer sous les ordres de Quique Setién, garde provisoirement la tête de la Liga avant le déplacement du Real Madrid à Valladolid, dimanche (20h00 GMT).

Valence, à l'inverse, se relève: après une Supercoupe ratée (élimination en demi-finale par un grand Real Madrid, 3-1), et un retour au championnat des plus difficiles (lourde défaite 4-1 à Majorque), les équipiers de Kévin Gameiro se sont remis sur le droit chemin avant d'affronter l'Atalanta Bergame en 8es de finale de la Ligue des champions mi-février.

La 21e journée de championnat espagnol a par ailleurs été marquée par des incidents racistes lors du match nul entre l'Athletic Bilbao et l'Espanyol à Barcelone, plus tôt dans la journée.

AFP/Archives / CRISTINA QUICLERL'attaquant de l'Athletic Bilbao Inaki Williams (g) à la lutte avec le milieu de terrain du Séville FC Fernando, le 3 janvier 2020 au stade Sanchez Pizjuan

L'avant-centre basque Iñaki Williams a en effet déclaré avoir été victime de cris racistes : "Je m'en vais un peu triste, pour le match nul mais surtout parce que j'ai été victime de cris racistes. C'est quelque chose qu'un joueur noir ou de n'importe quelle origine ne veut pas entendre. Ça n'a pas lieu d'être du tout", a déclaré Iñaki Williams (25 ans) au micro du club après le match.

"Ces événements ne doivent pas arriver. Les gens doivent venir au stade pour prendre du plaisir, encourager leur équipe, profiter. C'est un sport d'amitié, d'équipe", a ajouté l'attaquant.

Son club, l'Athletic Bilbao, lui a apporté "tout (son) soutien" sur le même réseau social: "devant toute insulte raciste, tolérance 0", a posté le club basque. La Liga et la fédération espagnole de football n'ont pour le moment pas réagi.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :