Vendredi 18 Octobre, 2019

Jean-Baptiste est un défenseur minable de Moïse, réagit Latortue

Le sénateur Youri Latortue

Le sénateur Youri Latortue

Eric Jean-Baptiste est un défenseur minable de Jovenel Moïse, réagit Youri Latortue

Des membres de l’opposition n’ont pas attendu 24 heures pour réagir aux déclarations du secrétaire général du RDNP (Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes) Eric Jean-Baptiste faisant croire qu’un plan a été concocté en vue d’accorder de l’amnistie générale aux dilapidateurs des fonds Petrocaribe. Le sénateur Youri Latortue balaie d’un revers de mains ces révélations.

« A aucun moment de la rencontre avec les dirigeants du RDNP, les membres de l’opposition n’ont évoqué une possible amnistie pour des personnes ayant participé au gaspillage des fonds vénézuéliens », rétorque le coordonnateur national du parti Ayiti An Aksyon (AAA). L’ancien président du Sénat de la République précise qu’une telle éventualité est impossible au regard des prescrits légaux.

Selon Youri Latortue, Eric Jean-Baptiste est un défenseur minable du chef d’Etat Jovenel Moïse. Il révèle à son tour que le secrétaire général a proposé, lors d’une rencontre, une sortie de crise avec le maintien de Jovenel Moïse au pouvoir. Youri Latortue s’insurge également contre des contradictions qui, selon lui, existent au sein du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes sur la manière de résoudre la crise dans laquelle est plongé le pays.

Le sénateur Nènel Cassy, lui également, s’inscrit en faux contre les propos d’Eric Jean-Baptiste. Le parlementaire donne la garantie que lui et ses collègues ne feront aucune concession sur des questions comme la démission de Jovenel Moïse, la conférence nationale et le procès Petrocaribe. « La conférence nationale ne pourra se réaliser dans l’injustice, avec des criminels », a martelé le sénateur des Nippes promettant l’adoption des dispositions adéquates pour aboutir à un procès équitable.

Dans le même temps, Nènèl Cassy a fait savoir que les élus de l’opposition veulent s’assurer de ne pas répéter les erreurs de la transition 2004-2006. C’est ce qui, selon lui, qui justifie les consultations engagées auprès des différents secteurs du pays qui reconnaissent que le départ du président Jovenel Moïse est nécessaire à une résolution à la crise actuelle.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :