Lundi 22 Octobre, 2018

Enquête russe: Trump accuse la CIA d'Obama

Donald Trump a musclé lundi ses attaques contre l'enquête russe du procureur spécial Robert Mueller en dirigeant en accusant la CIA sous l'administration Obama d'avoir voulu commettre un "assassinat politique" en infiltrant son équipe de campagne.
(crédit photo : AFP)

Donald Trump a musclé lundi ses attaques contre l'enquête russe du procureur spécial Robert Mueller en dirigeant en accusant la CIA sous l'administration Obama d'avoir voulu commettre un "assassinat politique" en infiltrant son équipe de campagne. (crédit photo : AFP)

Le président américain Donald Trump a relancé lundi ses attaques contre l'enquête russe du procureur spécial Robert Mueller en accusant la CIA sous l'administration Obama d'avoir voulu commettre un "assassinat politique" en infiltrant son équipe de campagne.

"C'était un assassinat politique, pas une enquête du renseignement", a-t-il écrit sur Twitter en reprenant les accusations d'un commentateur de Fox News, Dan Bongino. Ce dernier accusait directement John Brennan, patron de la CIA sous l'administration Obama et fervent opposant à M. Trump, d'être à l'origine de l'enquête sur une éventuelle collusion entre l'équipe du candidat républicain et la Russie pour l'aider à gagner l'élection présidentielle de 2016.

La semaine dernière, la presse a révélé qu'un informateur de la CIA basé en Grande-Bretagne avait rencontré des membres de l'équipe du candidat Trump. Cet informateur travaillait dans le cadre de l'enquête ouverte à l'été 2016 par le FBI.

Donald Trump a demandé dimanche l'ouverture d'une enquête par le ministère de la Justice sur cette affaire, dénonçant une surveillance menée "pour des raisons politiques".

"Si quelqu'un a infiltré ou surveillé des participants à une campagne électorale pour de mauvais objectifs, nous devons le savoir et répondre de la bonne façon", a affirmé dimanche soir dans un communiqué le ministre-adjoint de la Justice, Rod Rosenstein.

Cette contre-enquête, qui sera menée par l'inspecteur général du ministère, devra notamment "déterminer s'il y a eu des irrégularités ou une motivation politique dans l'enquête (des services du renseignement) du FBI sur les personnes suspectées de s'être impliquées avec des agents russes qui ont interféré dans l'élection", a précisé dans un communiqué séparé la porte-parole du ministère, Sarah Isgur Flores.

Donald Trump, qui dénonce inlassablement l'enquête russe comme une "chasse aux sorcières", est déterminé à prouver que des éléments au sein du pouvoir judiciaire veulent miner sa présidence.

Un an après son ouverture, le 17 mai 2017, l'enquête du procureur spécial touche le premier cercle du milliardaire. De nombreux proches et collaborateurs ont été interrogés, et quatre ont été inculpés pour des délits financiers ou autres. Mais jusqu'ici, aucune preuve concrète d'une collaboration entre l'équipe de M. Trump et le gouvernement russe n'a été rendue publique.

Le camp du président tente désormais d'affaiblir l'enquête en dénonçant des motivations politiques de la part des démocrates dont le but serait d'engager une procédure de destitution contre lui.

Les républicains veulent utiliser cet argument pour glaner des voix lors des prochaines élections parlementaires en novembre, alors qu'une majorité de l'électorat se dit opposée à cette procédure.

Selon le New York Times, l'avocat de Donald Trump, Rudy Giuliani, a fait le parallèle entre l'enquête russe et une enquête sur les courriels d'Hillary Clinton, rouverte par le FBI quelques semaines avant le scrutin et qui lui aurait coûté la victoire selon elle.

M. Giuliani a indiqué dimanche que le procureur Mueller souhaitait conclure son enquête d'ici au 1er septembre, afin de ne pas interférer avec le scrutin de mi-mandat. Mais ce délai est subordonné à la condition que le procureur spécial interroge le président à la mi-juillet.

M. Trump s'est dit prêt à répondre aux questions des enquêteurs. Ses proches tentent pourtant de l'en dissuader, craignant que son caractère tempétueux le desserve.

Dans un autre volet de l'affaire, le New York Times a indiqué dimanche que le fils aîné de M. Trump, Donald Jr, aurait rencontré en 2016 un consultant israélien et un émissaire de dirigeants du Golfe, qui lui auraient proposé leur aide pour la campagne.

Le président a réfuté les informations du quotidien.

Un autre proche conseiller de M. Trump, Roger Stone, a aussi indiqué dimanche à NBC News qu'il s'attendait à être inculpé dans le cadre de l'enquête russe.

"Il semble que ce soit un effort pour réduire au silence et punir les soutiens du président", a-t-il dit, fustigeant des enquêteurs "qui tentent d'inventer un crime concernant mes affaires".