Lundi 17 Décembre, 2018

Énième message du PM Jack Guy Lafontant aux spoliateurs (vol de terre)

Le premier ministre Jack Guy Lafontant.

Le premier ministre Jack Guy Lafontant.

Le phénomène de spoliation de terrain continue de battre son plein dans certains coins de la République. Les plaintes ne cessent d’être émises aux autorités de la part de victimes qui ne demandent que justice.

Suite à des appels lancés par des habitants de Vivy Mitchel, quartier résidentiel de Pétion-ville (Routes des frères), le Premier Ministre Jack Guy Lafontant a reçu cette semaine, en sa résidence officielle, une vingtaine de propriétaires de ladite zone en vue « d’entendre leurs revendications ».

 

 

Ces propriétaires victimes de spoliation étaient venus chercher support auprès du chef du Gouvernement dit une note parue cette semaine sur la page de la Primature.

« Le Gouvernement ne restera pas sans rien faire face aux agissements des spoliateurs », dit la note rapportant les engagements pris par le Premier Ministre Lafontant a combattre ce phénomène et permettre que justice soit rendue aux victimes.

En sa qualité de Président du Conseil supérieur de la Police Nationale haitienne (CSPN), le PM aurait déjà passé des instructions à la Direction départementale de l’Ouest de l’institution afin qu’elle puisse « prendre les mesures nécessaires pour éradiquer ce mal d’insécurité foncière sur tout le territoire national en général, et à Vivy Mitchel en particulier ».

Après le déploiement de la police frontalière terrestre, le gouvernement avait mis sur pieds, en janvier, une nouvelle unité de police contre l’insécurité foncière en Haïti portant le nom de Brigade d'intervention contre l'insécurité foncière (BRICIF).

Mission ? « Cette structure placée sous la tutelle du ministère de la justice et de la sécurité publique va travailler de concert avec la justice haïtienne dans sa lutte contre la spoliation et la dépossession afin d'éradiquer le phénomène d'insécurité foncière dans le pays », avait déclaré le Premier Ministre sur son compte Twitter.

Aucun détail n’avait été fourni sur l’effectif de la nouvelle unité.

 

 

Le phénomène de spoliation de terrains, d’expropriation forcée, très courant en Haiti, est une résultante de l’absence de cadastre et le laisser-aller ou encore le laisser-faire dont fait montre le système judiciaire haïtien.

Conscient de cet état de fait, le Chef de l’Etat, Jovenel Moise, lors de l’entrée parlementaire en janvier, avait promis un renforcement « des mesures pour sécuriser le droit à la propriété privée. »

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :