Vendredi 22 Juin, 2018

Energie: « L’avenir d’Haïti est solaire », selon le Dr. Calixte

Intervenant mercredi soir, dans le cadre d’une causerie-débats sur les énergies renouvelables réalisée par l’Association haïtienne pour le développement des technologies (AHTIC), le Directeur de l’Autorité nationale de régulation du secteur de l’énergie a fait le point sur l’épineuse question des sources des énergies consommées en Haïti, tout en soulignant les opportunités inexploitées dont Haïti dispose en matière de ressources disponibles…

Pour l’instant, a-t-il dit, pour leurs besoins, les ménages haïtiens utilisent plus de 70 pourcent de charbon de bois et de bois de feu, ce qui n’est pas une bonne nouvelle compte tenu des préjudices que cette pratique occasionne à l’encontre de l’environnement et l’espace naturel haïtien, par notamment le déboisement.

 

« Nous exerçons une forte pressions sur les ressources naturelles et fossiles », a-t-il souligné, rappelant que c’est très risqué quand on sait que le rythme de consommation de ces ressources dépasse largement celui de leur régénération dans le pays.

Seulement 1 % de l'énergie que nous consommons est électrique. Seulement 30 % de la population y a accès, ce qui fait d’Haïti le plus faible consommateur d’électricité au monde selon la Banque mondiale.

Or, sort-il, le pays, situé en espace tropical, a de très fortes capacités en matière d’énergie solaire. Une étude a démontré, rapporte-t-il, qu’Haïti, pour ses ressources solaires, a un potentiel de 300 mégawatts. Et quand on prend seulement la région métropolitaine, il y a une demande de 400 à 600 mégawatts. 60 à 70 pourcent de cette énergie pourraient-être produits à partir du solaire, argumente-il.

En fait, sur le marché international, le constat va en effet dans le sens de ces prévisions. Le prix de l’énergie a tendance a baisser considérablement.  De plus en plus de gens s’en rendent compte et commencent à munir leur maison d’appareils capable de produire et de stocker de l’énergie électrique à partir du soleil. A quoi s’attendre ? Dans un temps pas trop long, « quand les gens auront compris qu’ils perdent de l’argent en utilisant d’autres moyens pour se fournir en énergie, ils vont à ce moment se procurer leur propre système solaire avec un backup hybride, prévoit-il.

A ce stade, « toutes mes intuitions me disent que le solaire aura a jouer un rôle fondamental dans 10 – 15 ans en matière d’accès à l’électricité », soutient le Directeur de l’ANARSE. Haïti est un pays qui se dirige vers le solaire, prévoit-t-il avec presque certitude.

L’Etat haïtien, conscient de la place qu’occupera le solaire dans le secteur énergétique en Haïti, commence déjà à emboiter le pas. L’une des premières actions posées en ce sens est la suppression des taxes sur l’entrée des produits solaires tels que les panneaux en Haïti, dit-il, précisant que certains frais de douane demeurent quand même. En ce sens, « l’Etat travaille sur un cadre légal afin que le consommateur qui deviendra producteur, pourra aussi commercialiser l’excédant de ce qu’il produit ».

« L’avenir d’Haïti est solaire », conclut l’ingénieur et professeur d’Universités.