Mardi 20 Août, 2019

Haïti: de janvier à mars 2019, 122 personnes tuées à Port-au-Prince

De janvier à mars 2019 la Commission épiscopale nationale Justice et Paix (CJILAP) a enregistré 122 morts en trois mois

De janvier à mars 2019 la Commission épiscopale nationale Justice et Paix (CJILAP) a enregistré 122 morts en trois mois

La Commission épiscopale Justice et Paix (CJILAP), dans son 70e rapport parvenu à la rédaction ce 14 juin, informe avoir enregistré 122 cas de mort violente de janvier à mars 2019 dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Inquiétée par cette « recrudescence de la violence », la commission appelle les autorités étatiques à agir.

122 morts violentes en trois mois, de janvier à mars 2019... c’est le résultat d’un ensemble d’actes de violences enregistrés dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince. Selon la Commission épiscopale Justice et Paix (CJILAP), ces décès sont tantôt les œuvres des individus armés, tantôt de la police ou du moins des suicides.

Les catégories les plus exposées restent les femmes, les policiers et les enfants, souligne l’organisme. En effet, d’après la commission, durant ces trois mois, 9 policiers ont été tués : six en janvier, un en février et deux en mars. Pour les  femmes, on en compte sept : une en janvier, une en février et cinq en mars. Quatre enfants sont victimes : un en janvier, trois en février. 

Il y a aussi, selon la commission, des victimes qu'on n'arrive pas à identifier dont vingt et un ont été retrouvées en janvier, vingt-neuf en février et dix-huit en mars.

Au cours du mois de février, douze personnes ont été tuées par la police et deux autres en mars d’après ce que relate JILAP. Les victimes des bandits armés sont au nombre de sept, dont trois en janvier, trois en février et une en mars. 

Les affrontements entre policiers et individus armés ont engendré six victimes pour le mois de janvier.

Toujours selon le rapport, de janvier à mars 2019, cinquante-quatre personnes ont été tuées par des individus armés non identifiés, dont dix-neuf en janvier, vingt-sept en février et huit en mars. Un cas de suicide a été enregistré en février.

Les communes les plus touchées par ces pertes en vie humaines sont : Port-au-Prince, Cité Soleil, Carrefour, Delmas, Pétion-ville (dont route de frère), Tabarre et la Croix des bouquets. Avec un score évalué à soixante-dix sur les cent vingt-deux victimes, la commune de Port-au-Prince est la championne de l'insécurité et la violence dans le pays pour le premier trimestre de 2019.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :