Dimanche 8 Décembre, 2019

Dossier Vladjimir: Qui alimente les Gangs de Grand-Ravine ?

Le photojournaliste Vladjimir Legagneur disparu disparu depuis le 14 mars 2018

Le photojournaliste Vladjimir Legagneur disparu disparu depuis le 14 mars 2018

Disparition du journaliste Vladjimir Legagneur

Depuis le 14 mars 2018, le photojournaliste Vladjimir Legagneur est porté disparu alors qu’il était parti réaliser un reportage à Grand-Ravine, quartier dit « de non droit » de Port-au-Prince. Des rumeurs circulent autour de son « assassinat ». Mais les sources officielles n’ont encore rien confirmé quoique qu’un chapeau déterré (avec des restes humains) à Grand-Ravine, se révèle être celui qu’il portait le jour où il a quitté sa maison.

La lumière est-elle possible?

Les éléments d’information circulant sur le dossier permettent de dire que « la visite du reporter-photographe à Grand-Ravine était bien planifiée », fait savoir le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) qui dit avoir suivi l’évolution de cette affaire depuis la disparition du travailleur de la Presse.

« Conséquemment […] les circonstances entourant sa disparition peuvent être élucidées par les autorités concernées », dit le RNDDH dans une note de presse rendue publique ce mardi.

Selon l’organisme de droits humains, « les commanditaires de ce reportage, l’équipe d’accompagnement du journaliste ainsi que toutes personnes qui étaient au courant de sa visite à Grand-Ravine, doivent pouvoir fournir des informations pertinentes aptes à permettre de reconstituer les faits tels qu’ils se sont produits ».

D'où viennent les armes de Grand-Ravine?

Tout en invitant les autorités concernées à redoubler d’efforts pour élucider les circonstances liées à la disparition du reporter-photographe, l’organisation rappelle qu’il est « primordial » de se pencher sur la provenance des armes à feu à Grand-Ravine, « où des individus lourdement armés font la Loi et sèment la terreur en s’attaquant aux usagers des routes attenantes à Grand-Ravine et aux habitants des zones avoisinantes ».

Dans ce quartier populaire de la capitale d’Haiti, souligne RNDDH, la prolifération des armes à feu, en plus de la situation d’impunité généralisée qui sévit dans le pays est de nature à encourager ces individus dans la perpétration d’actes répréhensibles.

Pour parvenir à pacifier la zone, le RNDDH recommande que les autorités enquêtent sur la provenance des armes à feu, d’interpeller tous ceux qui alimentent les gangs en armes et munitions et d’intervenir une bonne fois pour toutes à Grand-Ravine ».

Car, avance le réseau national de défense des droits humains, les causes principales de la criminalité en Haïti doivent être connues. « De même, il est temps que les auteurs intellectuels et matériels de ces actes barbares cessent de jouir de l’impunité.

Vladjimir, un autre nom sur la liste?

Le dossier de la disparition du journaliste Vladjimir Legagneur, s’il est mort, ne ferait que grossir la liste de journalistes victimes en Haiti dans l’exercice de leur fonction (Jean Léopold DOMINIQUE, 3 avril 2000 • Brignol LINDOR, 3 décembre 2001 • Jacques ROCHE, retrouvé mort le 15 juillet 2005). Ce que le RNDDH trouve « regrettable ».

Or, l’histoire semble se diriger vers une « issue fatale » comme l’avait prévu la Police nationale la semaine dernière. Le chapeau déterré avec les ossements d’un corps sur un terrain vague dans la localité de Sion (Grand-ravine) est bien celui du travailleur de la presse.

Deux individus soupçonnés d'implication ont été également arrêtés dans le cadre de cette affaire et la police a récupéré le téléphone de Vladjimir Legagneur entre leurs mains.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :