Dimanche 15 Décembre, 2019

Dossier Sogener : des organisations patronales crient à la dictature

A l'intérieur de l'une des centrales de Varreux. Photo archives : Page Facebook/Sogener.
A l'intérieur de l'une des centrales de Varreux. Photo archives : Page Facebook/Sogener

A l'intérieur de l'une des centrales de Varreux. Photo archives : Page Facebook/Sogener. A l'intérieur de l'une des centrales de Varreux. Photo archives : Page Facebook/Sogener

Des membres du secteur privé haïtien sortent de leur silence, et réagissent autour du conflit opposant l’Etat et la Sogener. Dans une note de presse conjointe en date du 28 novembre 2019, la Chambre de commerce et de l’Industrie d’Haïti, l’Association des Industries d’Haïti et la Chambre Franco-Haïtienne de Commerce et de l’Industrie, dénoncent les méthodes jugées « arbitraires et illégales », utilisées par les autorités.

D'emblée, ces organisations patronales se disent alarmées par la forme que prend la remise en question par l’Etat haïtien des contrats liant l’Electricité d’Haïti (ED’H) à des fournisseurs d’énergie électrique. « Les contrats d’achat d’énergie électrique, dont celui liant la Sogener à l’Etat haïtien à travers l’ED’H sont explicites sur les modes de résolution de conflits si ceux-là apparaissent », ont souligné la CCIH, la CFHCI et l’ADIH.

Dans cette note de presse, ces hommes d’affaires rappellent que « le respect des conventions contractuelles est une des pierres angulaires d’un Etat de droit dans lequel règne la libre entreprise ». Selon les membres de ces structures, « le non-respect de contrats par l’Etat, l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques, des autorités publiques utilisant des méthodes arbitraires et illégales, sont des signaux non-équivoques d’une tentation autoritaire et d’une tyrannie naissante ».

« La société haïtienne ne le tolérera pas et nous proclamons, haut et fort que : le temps des dictatures est révolu ! », ont martelé la Chambre de commerce et de l’Industrie d’Haïti, l’Association des Industries d’Haïti et la Chambre Franco-haïtienne de commerce et de l’industrie.

Cette note, qui constitue une réponse presqu’en bloc du milieu d’affaires haïtien, porte la signature de Frantz Bernard Craan, président du conseil de la CCIH/CCIO, Geoffrey Handal, président du conseil CFHCI, Georges B. Sassine, président du conseil ADIH. Notons que c’est pour la première fois que des membres du secteur privé, regroupés autour de ces organisations patronales, ont réagi depuis le début de cette saga entre l’Etat haïtien et la Société Générale d’Energie (Sogener).

Cette prise de position de ces organisations patronales, intervient, 24 heures après l’émission de plusieurs mandats d’amener contre les principaux responsables de cette compagnie privée. Jean-Marie Vorbe, Dimitri Vorbe et Reginald Vorbe Fils sont prévenus de faux et usage de faux en écriture privée, de surfacturation, d’enrichissement illicite entre autres. Dans ces mandats, le Commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Jacques Lafontant, invite la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) à prendre les mesures nécessaires aux fins de rechercher, conduire et amener devant lui au Parquet, conformément à la loi. Une décision qui suscite déjà pas mal de commentaires dans l’opinion publique haïtienne.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :