Mardi 7 Juillet, 2020

(Dossier) La MINUSTAH laisse Haïti avec beaucoup de victimes mais peu de réparations

Ceci est la traduction d'un dossier effectué par Associated Press.

Ils ont supplié et balayé pour la nourriture, mais ils n'avaient jamais pu faire assez pour se mettre à l'abri de la faim, jusqu'à ce que les soldats de la paix de l'ONU se soient déplacés vers eux.

Les hommes venus d'un endroit éloigné et qui ont parlé une langue étrange ont offert des biscuits aux enfants haïtiens et d'autres collations. Parfois, ils leur donnaient quelques dollars.

Mais le prix était élevé : les soldats de la paix sri-lankais voulaient du sexe avec des filles et des garçons âgés de 12 ans en moyenne.

"Je n'ai même pas de seins", a déclaré une fille, connue sous le nom de V01 - Victime No. 1. Elle a déclaré aux enquêteurs de l'ONU que, au cours des trois prochaines années, de 12 à 15 ans, elle a eu des rapports sexuels avec près de 50 soldats de la paix, y compris un "Commandant" qui lui a donné mois d'un dollar.

Parfois, elle dormait dans des camions de l'ONU sur la base à côté de la station en décomposition, dont les bâtiments jamaïcains étaient dépassés par la jungle.

La justice pour les victimes comme V01 est rare. Une enquête menée par Associated Press sur les missions de l'ONU au cours des 12 dernières années a révélé près de 2 000 allégations d'abus sexuel et d'exploitation par les forces de maintien de la paix et d'autres membres du personnel dans le monde entier - signaler que la crise est beaucoup plus grande qu'on ne le savait auparavant. Plus de 300 des allégations concernaient des enfants, l'AP a constaté, mais seulement une fraction des auteurs présumés ont été en prison.

Légalement, l'ONU est en train de se lier. Il n'a aucune juridiction sur les casques bleus, ce qui laisse des sanctions aux pays qui contribuent aux troupes.

L'AP a interviewé des victimes présumées, des fonctionnaires et des enquêteurs actuels et anciens de l'ONU et a demandé des réponses de 23 pays sur le nombre de casques bleus qui ont été confrontés à de telles allégations et, quoi qu'il en soit, ont été faits pour enquêter. À de rares exceptions près, peu de pays ont répondu aux demandes répétées, alors que les noms des personnes reconnues coupables sont gardés confidentiels, rendant impossible la responsabilité.

Sans accord pour une réforme généralisée et la responsabilité des États membres de l'ONU, les solutions restent insaisissables.

En Haïti, au moins 134 soldats Sri Lankais  de la paix ont exploité neuf enfants dans un anneau de sexe de 2004 à 2007, selon un rapport interne de l’ONU obtenu par l'AP. À la suite du rapport, 114 soldats de la paix ont été renvoyés à la maison. Aucun n'a été emprisonné.

En mars 2017, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a annoncé de nouvelles mesures visant à lutter contre les abus sexuels et l'exploitation par les soldats de la paix et autres personnels de l'ONU.

"Disons d'une seule voix: nous ne tolérerons personne qui commet ou tolère l'exploitation et les abus sexuels. Nous ne laisserons personne couvrir ces crimes avec le drapeau de l’ONU", a déclaré Guterres.

Mais la proclamation avait un anneau déprimant familier : il y a plus d'une décennie, les Nations Unies ont commandé un rapport qui promettait de faire la même chose, mais la plupart des réformes ne se sont jamais concrétisées.

Pendant deux ans après que ces promesses ont été faites, les enfants en Haïti ont été transférés de soldat en soldat. Et dans les années qui ont suivi, les soldats de la paix ont été accusés d'abus sexuels dans le monde entier.

Dans un cas particulièrement sombre en Haïti, un adolescent a déclaré qu'il avait été violé par des gangs en 2011, des soldats de la paix uruguayens ont filmé le prétendu viol contre un téléphone portable. Des dizaines de femmes haïtiennes disent aussi qu'elles ont été violées, et des dizaines d'autres avaient ce que l'on considère comme des relations sexuelles de survie dans un pays où la plupart des gens vivent avec moins de 2,50 $ par jour.

L'avocat haïtien Mario Joseph a essayé d'obtenir une indemnisation pour les victimes d'une souche de choléra mortelle liée aux soldats de la paix népalais qui ont tué environ 10 000 personnes. Maintenant, il essaie également d'obtenir une pension alimentaire pour environ une douzaine de femmes haïtiennes laissées enceintes par les casques bleus.

"Imaginez si l'ONU allait aux États-Unis et violait les enfants et amenait le choléra", a déclaré Joseph à Port-au-Prince. "Les droits de l'homme ne sont pas seulement pour les Blancs riches".

Le sénateur américain Bob Corker est d'accord. Le républicain du Tennessee, qui préside le Comité des relations extérieures du Sénat, a demandé des réformes aux Nations Unies. Il pourrait bien les faire sous le président Donald Trump, dont l'administration a proposé une réduction de 31 pour cent au budget américain de l'aide étrangère et de la diplomatie. Corker et l'ambassadeur  de l’ONU Nikki Haley souhaite une évaluation de toutes les missions.

Corker a rappelé son dégoût lors de l'audition des cas de violence sexuelle de l'ONU découverts l'année dernière en République centrafricaine.

"Si j'avais entendu dire qu'une mission de maintien de la paix de l'U.N. venait près de chez moi à Chattanooga", a-t-il déclaré à AP, "je serais sur le premier avion pour revenir en arrière et protéger ma famille".

___

L’Habitation Leclerc fut autrefois connue à travers Port-au-Prince comme un refuge luxuriant parmi les ruelles sombres de la capitale. Au cours de son apogée dans les années 1980, des célébrités comme Mick Jagger et Jackie Onassis se percheraient au bord de la piscine ou se promèneraient devant le temple Voodoo de la propriété.

En 2004, le complexe était un embrayage décrépit de bâtiments, et plusieurs enfants, orphelins ou abandonnés par leurs parents, vivaient dans leurs ruines.

C'est là que V01 a rencontré d'autres victimes, deux filles mentionnées dans le rapport de l’ONU comme "V02" et "V03" et un jeune garçon, "V08". Le garçon les a d'abord soutenus en amenant parfois la nourriture de sa tante, mais ils avaient souvent faim.

Les soldats de la paix sont arrivés cette année dans le cadre d'une nouvelle mission visant à stabiliser Haïti dans le sillage de l'abandon du président Jean-Bertrande Aristide. Les Sri-Lankais, d'environ 900 soldats, ont atterri dans un pays historiquement instable sous l'emprise de la violence et des enlèvements dispersés - et un gouvernement brisé mal adapté pour affronter le chaos.

Certaines des forces de maintien de la paix dans le contingent sri lankais étaient basées près de l'ancienne Habitation.

En août 2007, l'ONU a reçu des plaintes concernant des «interactions suspectes» entre les soldats sri lankais et les enfants haïtiens. Les enquêteurs de l'ONU ont ensuite interviewé neuf victimes, ainsi que des témoins, alors que l'anneau de sexe était encore actif.

V02 était âgée de 16 ans, lorsque l'équipe de l'ONU l'a interviewée, elle leur a dit qu'elle avait eu des rapports sexuels avec un commandant sri lankais au moins trois fois, en le décrivant comme d’un poids excessif avec une moustache et une bague en or sur son majeur. Elle a dit qu'il lui montrait souvent une image de sa femme. Les soldats de la paix lui ont également enseigné des singhalais pour pouvoir comprendre et exprimer des insinuations sexuelles; Les enfants ont même parlé les uns aux autres en cinghalais lorsque les enquêteurs de l'Université des États-Unis les interrogeaient.

V03 a identifié 11 troupes sri lankaises à travers des photographies, dont l'une a déclaré être un caporal avec une cicatrice de balle «distinctive» entre ses aisselles et sa taille. V04, âgé de 14 ans, a déclaré qu'elle avait eu des rapports sexuels avec les soldats tous les jours en échange d'argent, de biscuits ou de jus.

Au cours de son entrevue avec des enquêteurs, une autre jeune victime, V07, a reçu un appel téléphonique d'un gardien de la paix sri-lankais. Elle a expliqué que les soldats transmettraient leur numéro aux membres éventuels qui devaient l'appeler pour le sexe.

Le garçon, V08, a dit avoir eu des rapports sexuels avec plus de 20 Sri Lankais. La plupart supprimeraient leurs étiquettes de nom avant de l'emmener à des camions militaires U.N, où il leur donnait du sexe oral ou était sodomisé par eux.

 

Un autre garçon, V09, avait 15 ans quand ses rencontres ont débuté. Au cours de trois ans, il a déclaré qu'il avait eu des rapports sexuels avec plus de 100 soldats de la paix au Sri Lanka, en moyenne environ quatre par jour, ont indiqué les enquêteurs.

En vertu de la loi haïtienne, avoir des rapports sexuels avec une personne âgée de moins de 18 ans est un viol légal. Les codes de conduite de l'ONU interdisent également l'exploitation.

"Les actes sexuels décrits par les neuf victimes sont tout simplement trop nombreux pour être présentés de manière exhaustive dans ce rapport, d'autant plus que chacun a revendiqué plusieurs partenaires sexuels dans différents endroits où les contingents sri lankais ont été déployés en Haïti pendant plusieurs années", a déclaré le rapport.

Les enquêteurs ont montré aux enfants plus de 1 000 photographies qui comprenaient des photos de troupes sri lankaises et des endroits où les enfants avaient des relations sexuelles avec les soldats.

"La preuve montre que, de la fin de 2004 à la mi-octobre 2007, au moins 134 militaires des contingents actuels et antérieurs du Sri Lanka ont exploité sexuellement et abusé au moins neuf enfants haïtiens", a déclaré le rapport.

Une fois le rapport déposé, 114 soldats de la paix au Sri Lanka ont été renvoyés chez eux, mettant un terme à la bague sexuelle.

Mais l'exploitation sexuelle vécue par le peuple haïtien ne s'est pas arrêtée là.

___

Janila Jean a déclaré qu'elle était une vierge de 16 ans quand un soldat de la paix brésilien l'a attiré à un complexe U.N. il y a trois ans avec un frottis de beurre d'arachide sur du pain, l'a violée à bout de pistolet et l'a laissée enceinte. Elle se trouve constamment en larmes.

"Quelques jours, j'imagine étrangler ma fille à mort", a-t-elle déclaré dans une interview sous l'ombre des palmiers à la banane près de l'ancienne base de Jacmel.

Avec elle, trois autres femmes ont déclaré qu'elles avaient été violées par des casques bleus. L'un d'eux s'est assis sur ses talons, grattant de la noix de coco de sa coquille et dans un grand chaudron d'eau et de maïs, le plus petit des repas pour les femmes et leurs petits-enfants.

L'Adm. Ademir Sobrinho, des forces armées brésiliennes, a déclaré lors d'une conférence à Londres que sa force n'avait aucun cas de viol, d'abus sexuel ou d'exploitation sexuelle.

Mais comme beaucoup, Jean n'a pas signalé le viol. Près d'une douzaine de femmes interrogées par l'AP ont déclaré qu'elles avaient trop peur pour signaler les crimes par peur qu'ils seraient accusés - ou pire encore, rencontreront à nouveau leurs victimes.

L'AP a constaté que quelques 150 allégations d'abus et d'exploitation par les soldats de la paix et autres personnels de l'ONU ont été signalées en Haïti seul entre 2004 et 2016, sur le total mondial de près de 2 000. Mis à part la bague sexuelle sri-lankaise en Haïti, certains auteurs ont été emprisonnés pour d'autres cas.

Les victimes présumées venaient du Bangladesh, du Brésil, de la Jordanie, du Nigéria, du Pakistan, de l'Uruguay et du Sri Lanka, d'après les données et les interviews de l'ONU. Plus de pays ont peut-être été impliqués, mais les Nations Unies ont seulement commencé à divulguer les nationalités des auteurs présumés après 2015.

La litanie des abus est longue.

En juillet 2011, quatre soldats de la paix uruguayens et leur commandant ont violé un adolescent en Haïti. Les hommes ont également filmé l'attaque présumée sur leurs téléphones, qui est devenu viral sur internet. Les hommes n'ont jamais été jugés en Haïti ; quatre des cinq ont été reconnus coupables en Uruguay de «violence privée», une charge moindre. Les fonctionnaires uruguayens ont déclaré à l'époque que c'était une farce qui a mal tourné et qu'aucun viol n'a eu lieu.

L'année suivante, trois Pakistanais attachés aux unités de police de l'ONU en Haïti auraient été impliqués dans le viol d'un handicapé mental de 13 ans dans la ville des Gonaïves.

Les responsables de l'ONU sont allés en Haïti pour enquêter, mais les Pakistanais ont enlevé le garçon pour l'empêcher de détailler les abus qui ont duré plus d'un an, selon Peter Gallo, un ancien enquêteur de l’ONU familier avec l'affaire.

Enfin, les hommes ont été jugés dans un tribunal militaire pakistanais et éventuellement renvoyés au Pakistan. En théorie, le tribunal aurait pu permettre un meilleur accès aux témoins, mais il n'est pas clair si certains ont été appelés. Les autorités pakistanaises ont également refusé d'autoriser l'ONU à observer les procédures. En fin de compte, un homme a été envoyé en prison pendant un an, selon Ariane Quentier, porte-parole de la mission d'Haïti.

"C'est un acte d'accusation sur la façon dont fonctionne l'ensemble du système l’ONU", a déclaré Gallo à l'AP.

L'armée Pakistanaise a refusé plusieurs demandes de commentaires sur l'affaire.

Les données de l'ONU au cours de la période de 12 ans examinée par AP sont incomplètes et varient selon les niveaux de détail, en particulier pour les cas avant 2010. Des centaines d'autres cas ont été fermés avec peu ou pas d'explications. Dans son examen, l'AP a analysé les données des rapports annuels ainsi que les informations du Bureau des services de contrôle interne.

À la suite de l'enquête sur l'anneau de l'enfant, une équipe de Sri-Lankais a passé deux semaines en Haïti en octobre 2007. Ils ont interviewé seulement 25 soldats sur plus de 900 dans le pays et ont conclu que deux caporaux sri-lankais et un privé avaient des rapports sexuels Avec deux «jeunes» victimes. Trois soldats ont nié des rencontres sexuelles, mais ils étaient soupçonnés de mentir, selon le rapport d'enquête U.N.

Pendant six mois, l'armée sri-lankaise et le gouvernement ont refusé de répondre aux questions de l'AP concernant l'affaire de 2007. Au lieu de cela, les fonctionnaires ont d'abord esquivé des requêtes répétées, puis ont donné des assurances vagues que le scandale représentait un incident isolé. Le mois dernier, le gouvernement sri-lankais a reconnu que ses militaires avaient mené des enquêtes sur seulement 18 soldats dont ils ont déclaré impliqués et que «le Secrétariat de l'ONU a reconnu par écrit les mesures prises par le gouvernement et a informé le Secrétariat à compter du 29 septembre 2014, et considère la question close. "

Certaines des forces de maintien de la paix impliquées dans l'anneau étaient toujours dans l'armée sri-lankaise à partir de l'année dernière, selon les responsables militaires sri-lankais. Pendant longtemps, les Nations Unies ont continué à envoyer des forces de maintien de la paix au Sri Lanka en Haïti et ailleurs, tout en corroborant l'anneau de l'enfance.

Le secrétaire de la Défense sri lankaise, Karunasena Hettiarachchi, a défendu les troupes en disant: "Les gens sont très heureux et à l'aise avec les soldats de la paix".

___

Au-dessus d'un banc rouillé à un arrêt d'autobus abandonné dans le village de Léogâne, il y a un panneau qui se lit: «Construit par le 16e bataillon du maintien de la paix au Sri Lanka». C'est l'un des rares rappels physiques de la mission du bataillon - avec les enfants engendrés par le personnel de l'ONU.

Marie-Ange Haitis dit qu'elle a rencontré un commandant sri-lankais en décembre 2006 et il a commencé à faire des visites nocturnes dans sa maison à Léogâne.

"En janvier, nous avions eu du sexe", a-t-elle déclaré. "Ce n'était pas un viol, mais ce n'était pas exactement consensuel, non plus. Je me sentais comme si je n'avais pas le choix".

Elle a dit quand elle s'est rendue compte qu'elle était enceinte, le traducteur haïtien affecté aux Sri Lankais lui a dit d'avoir un avortement. Puis, a-t-elle dit, les fonctionnaires de l'ONU l'ont accusé de mentir. Au moment où elle parlait, sa fille Samantha était assise sur ses genoux avec des lunettes de soleil surdimensionnées avec une lentille manquante.

Lorsqu'elle a été interviewée en août, Haitis a déclaré qu'elle avait attendu près d'une décennie pour que l'ONU considère sa revendication de paternité pour aider à soutenir sa fille.

Enfin, au début de cette année, les responsables sri lankais et l’ONU ont dit à AP qu'un paiement unique de 45 243 dollars avait été effectué pour la fille de Haitis. Les Nations Unies ont déclaré que le Sri Lanka a accepté la revendication de paternité sans preuve d'ADN et que le commandant a été renvoyé au service.

Mais de tels paiements sont rares.

Les responsables de l'U.N. ont déclaré qu'ils n'étaient pas en mesure de trouver des membres de la mission en Haïti qui auraient pu traiter avec les victimes dans l'affaire du sexe et ne savaient pas ce qui est arrivé aux enfants. Une organisation non gouvernementale italienne, AVSI, a déclaré qu'elle a aidé les enfants en essayant de trouver des foyers pour eux, leur fournissant des conseils et aidant à les réintégrer dans les écoles, mais a également perdu connaissance des enfants peu de temps après le tremblement de terre dévastateur du pays en 2010.

Atul Khare, le chef de terrain de l'ONU qui supervise la conduite et la discipline des soldats de la paix, a reconnu la portée du problème et a déclaré que l'agence mondiale devait faire davantage d’effort pour aider les victimes, y compris la collecte d'informations précises et le suivi avec les pays fournisseurs de contingents.

Un examen AP des rapports sur les missions sur le terrain de l’ONU a démontré une tenue de dossiers au hasard. Dans un rapport de 2008, par exemple, 19 accusations ont été signalées en Haïti, mais l'ONU n'a enregistré que deux incidents dans le monde impliquant des mineurs - une contradiction apparente avec le rapport d'enquête de l'ONU à la fin de 2007 qui a détaillé l'anneau de sexe pour enfants avec au moins neuf Enfants victimes.

Certains haïtiens se demandent si l'ONU a fait plus de mal que de bien dans un pays qui a subi tragédie après tragédie depuis qu'il est devenu la première république noire en 1804.

Le personnel de l'ONU dit avoir contribué à la stabilité dans ce pays des Caraïbes au fil des ans, a sauvé des vies pendant les secousses du tremblement de terre de 2010 et a empêché la violence pendant les périodes d'agitation. La mission, qui compte actuellement près de 5 000 personnes et devrait être réduite d'ici octobre, a également été crédité de la formation de la police, de la sécurité pendant les élections et du soutien à la magistrature.

"Je ne dirais pas que nous avons réalisé tout ce que nous avons entrepris de faire, mais nous sommes engagés dans un processus d'amélioration continue que tout effet néfaste sur les populations locales pourrait être minimisé, sinon complètement éradiqué", a déclaré Khare.

Beaucoup ici ne sont pas convaincus.

"J'aimerais voir mon violeur face à face et lui dire comment il a détruit ma vie", a déclaré Melida Joseph, 21 ans, qui a déclaré avoir été violée par un homme de maintien de la paix et a échappé à la victime de viols de gangs dans Cité-Soleil. Comme d'autres, elle n'a jamais signalé le crime.

"Ils vont regarder cela comme une grosse blague", at-elle dit. "En ce qui concerne l'ONU, ils sont venus ici pour nous protéger, mais tout ce qu'ils ont apporté c'est la destruction".

Ce dossier a été publié ici

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :