Dossier Guy Philippe : un député presse le sénat à se positionner

Le silence des sénateurs « ressemble plus à l’expression d’une faiblesse », selon le président de la Commission des Affaires étrangères, le député Anouce Bernard.

Le député de Beaumont n’en démord pas : « Aujourd’hui, il y a un silence vraiment inquiétant par rapport à ce dossier ». Il fait référence à l’arrestation suivi de l’extradition en janvier dernier du sénateur de la Grand’Anse, Guy Philippe. Le député parle lui d’un « sénateur élu » qui a été « enlevé » et « déporté » vers une puissance étrangère.

Pour ce dernier, le « sénat doit se prononcer » et le « peuple haïtien attend un positionnement ». Si Anouce Bernard reconnaît que « le silence est fort », dans ce cas, tempère-t-il, « cela ressemble plus à l’expression d’une faiblesse, l’expression de quelqu’un qui est lâche, qui ne veut pas prendre ses responsabilités ».

Pour ce qui est des quatre sénateurs accusé de complicité dans cette affaire, M. Bernard estime que « le débat n’est pas là ». Ce qui importe, selon lui est qu’il « s’agit avant tout d’un haïtien, qui est devenu sénateur élu » et qu’on a extradé.

Arrêté le 5 janvier dernier, le sénateur, alors fraîchement élu, Guy Philippe est accusé notamment de trafic de substances illicites et de blanchiment d’argent. Comparu brièvement à une audience le 6 février dernier, un juge fédéral a fixé son procès au 3 avril 2017.

0 comments