Mardi 23 Avril, 2019

BMPAD: Patrick Noramé clame son innocence et accuse Jovenel Moïse

Photo : l’ex-DG du BMPAD Patrick Noramé - Crédit Photo : page FB Patrick Noramé

Photo : l’ex-DG du BMPAD Patrick Noramé - Crédit Photo : page FB Patrick Noramé

Les révélations de corruption au sein du Bureau de Monétisation des Programmes d'Aide au Développement (BMPAD), s’accumulent. Après le rapport de l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC) éclaboussant l’ancien Directeur Général de l’institution. C’est au tour de ce dernier d’accuser d’autres hauts fonctionnaires de l’État.

Selon l’ex-patron du BMPAD, le président  de la République Jovenel Moise serait également trempé dans des dossiers de corruption au BMPAD. Il a également cité le nom de Ralph Case et la compagnie d’automobile Hinoto. Alors qu’il intervenait sur les ondes de la RTVC, Patrick Noramé clame son innocence et se dit être prêt à répondre aux questions d’un juge devant un tribunal. 

Rejetant les accusations portées contre lui dans le cadre de l'enquête sur son passage à la tête du Bureau de Monétisation des Programmes d'Aide au Développement (BMPAD), Patrick Noramé soutient avoir exercé un travail en toute transparence. « J’ai effectué un travail hors paire à la tête du BMPAD » a-t-il clamé. Il a reconnu, néanmoins, que les difficultés auxquelles il faisait face au sein de l’institution étaient difficiles à surmonter et qu'il fallait s’y adapter pour donner des résultats.

L’ancien DG a fait savoir qu’il a adopté des décisions majeures qui n’ont pas plu à certains groupes au sein de l’administration du BMPAD. « À mon arrivée à la tête du BMPAD, bon nombre de collaborateurs m’ont ironisé du fait que je comptais lancer des appels d’offres pour des projets. Ils étaient très réticents à l’idée de suivre les procédures légales prévues en la matière  puisque le capital disponible aux dépenses ne provenaient pas des caisses de l’État haïtien mais de quelques bailleurs internationaux », a-t-il expliqué.

« Pendant trois mois, plus de 500 mille dollars américains de mazout ont été détournés .Des  employés du BMPAD et des transporteurs y ont été impliqués», a détaillé Noramé. Il a révélé qu’après avoir fait des interventions en vue de régler cette affaire, une nouvelle perte de 25 mille barils de mazout quelques jours après. Deux pertes successives qui ont coûté près d’1 million 500 mille dollars américains chaque mois.

Selon Patrick Noramé , Ralph Case ainsi que ses acolytes sont les principaux acteurs de la corruption qui rongent le BMPAD. Après le constat des cas de corruption au BMPAD, Patrick Noramé a expliqué avoir adressé une correspondance au ministère de l’économie et des finances  et l’Unité de lutte contre la corruption pour attirer leur attention sur cette situation qui se très révèle très déficitaire pour la population haïtienne. Des démarches qui, dit-il, se sont révélées vaines, selon l’intéressé. Monsieur Noramé dit s’être attiré les foudres de plusieurs personnalités lorsqu’il a décidé de rétablir l’ordre au sein de l’institution.

Pour l’ex-patron du Bureau de Monétisation d’Aide au Développement, le rapport de l’enquête de sa gestion réalisée est un coup monté par ce qu’il na’ pas voulu suivre les mêmes traces des corrompus. D’ailleurs, il explique avoir été l’objet de plusieurs tentatives d’assassinat.

La semaine dernière, la Fondation JE KLERE dirigée par Marie Yolène Gilles avait présenté une analyse du rapport d’enquête de l’ULCC réalisée sur l’administration de Patrick Noramé au Bureau de Monétisation d’Aide au Développement. Considérant les cas flagrants de corruption  impliquant l’ancien numéro 1 du BMNPAD Marie-Yolène Gilles a appelé la justice à sévir contre Patrick Noramé et ses acolytes .

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :