Dimanche 8 Décembre, 2019

D’octobre à date, la PNH a saisi 22 armes à feu dont 6 fusils d’assaut

Des armes a feu et des munitions, exposées sur une table, a la salle de conférence de la DCPJ, ce jeudi 21 novembre 2019. Photo: Page Facebook/Police Nationale d'Haïti.

Des armes a feu et des munitions, exposées sur une table, a la salle de conférence de la DCPJ, ce jeudi 21 novembre 2019. Photo: Page Facebook/Police Nationale d'Haïti.

D'octobre à date, la police nationale a effectué plus de 200 interpellations et saisi plus d'une vingtaine d’armes à feu, des centaines de munitions et des véhicules. C'est ce qu'a annoncé jeudi le porte-parole Michel-Ange Louis Jeune présentant le bilan des opérations de l'institution pour la période en question.

Sur une table placée dans la salle de conférence de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ), armes à feu, chargeurs et munitions sont installées. Les journalistes caméramans prennent des images. Entretemps, le porte-parole de la police compile les données. Ces matériels exposés, ont tous été confisqués ou saisis, durant la période allant du mois d’octobre à nos jours. « 22 armes  à feu dont 6 fusils d’assaut saisies;  12 armes artisanales 5 véhicules confisqués; 525 cartouches confisquées ; 6 chargeurs ». Michel-Ange Louis Jeune fait le bilan des opérations policières pour la période suscité.

Au cours de cette même période, selon le commissaire de police, 221 personnes ont été interpellées, dont le nommé Emmanuel Dorival. Meurtre, assassinat, tentative d’assassinat, association de malfaiteurs port et détention illégale d’armes, destruction de bien publique et privé... entre autres infractions reprochées à ces individus.

Ces chiffres communiqués par la police concernent également les résultats de l’opération baptisée « toile d’araignée », lancée en début de ce mois de novembre. Toile d'araignée vise à prévenir le banditisme et la criminalité, notamment dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Par cette initiative, la police entend faciliter également la reprise des activités, après environ dix (10) semaines de paralysie due aux protestations antigouvernementales.

Aussi, Louis Jeune a fait état de 51 policiers victimes depuis le début des mouvements de protestation. « 7 tués par balles, 18 blesses par balles, 13 blessés par jets de pierres », a précisé le commissaire de police. Dans la même veine, M. Louis Jeune a précisé que le Centre de renseignement opérationnel de l’institution policière a dénombré plus de cent (100) membres de la population civile tués, dont neuf (9) par armes blanche, d’octobre à nos jours.

Alors que la PNH multiplie ses actions sur le terrain, une recrudescence de l’insécurité est constatée dans la capitale et dans plusieurs villes de province. Depuis plusieurs semaines, des individus armés profitent des mouvements de protestation pour rançonner, voler et même tuer.

Rappelons que selon la Commission Nationale de Désarmement, Démantèlement et Réinsertion, plus de 500 mille armes à feu circulent illégalement en Haïti. Jean Rebel Dorcénat, l’un des membres de la CNDDR, informe que le commerce illicite des armes est contrôlé par 11 personnes, issues du secteur privé haïtien.

Lire aussi > CNDDR: « plus de 500 mille armes illégales en circulation en Haïti »

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :