Jeudi 9 Juillet, 2020

D’ici le 31 décembre, l’ancienne CIN ne sera plus valide

Dermalog : les citoyens haïtiens ont jusqu’à 31 décembre pour se munir de la nouvelle CIN

Dermalog : les citoyens haïtiens ont jusqu’à 31 décembre pour se munir de la nouvelle CIN

L’ancienne carte d’identification nationale fournit par l’État haïtien ne sera plus valide sur le territoire national à compter du 31 décembre 2019, selon ce qu’a rapporté le directeur de communication de l’Office National d’Identification (ONI), Wandy Charles. Cette déclaration vient après le communiqué du 17 septembre du ministère de la Justice et de la Sécurité Publique (MSJP) rappelant la volonté de l’État de remplacer l’ancienne carte par une nouvelle.

« Les institutions publiques et privées n’accepteront pas l’ancienne carte à compter du 31 décembre 2019 », selon ce qu’a fait savoir le directeur de communication de l’Office National d’Identification (ONI), Wandy Charles. Cette pièce d’identité reconnue comme étant la plus utilisée par les Haïtiens ne sera plus valide dans les institutions publiques/privées ni dans les entreprises de transactions telles : les banques, les maisons de transfert d’argent ainsi que toute autre institution nécessitant une pièce d’identification pour la réalisation d’un service.

Désormais, tous citoyens âgés de 18 ans ont donc l’obligation de faire l’acquisition de la nouvelle carte puisque la seule et unique carte qui sera acceptée est la nouvelle carte d’identification appelée couramment « carte Dermalog ».

En effet, le 17 septembre 2019, un communiqué portant la signature du ministre de la Justice, Jean Roudy Ally, a fait injonction à tous les citoyens âgés de 18 ans accomplis d’être en possession de leur carte d’identification nationale en vertu du Décret du 1er juin 2005 sur la Carte d’identification nationale (CIN) et l’Office National d’Identification (ONI).

Le directeur de communication de l’ONI qui a confirmé cette nouvelle pour la rédaction de Loop Haïti, a profité pour inviter les citoyens haïtiens en âge de voter de retirer leurs cartes d’identification dans les différents kiosques destinés à l’impression des cartes d’identité nationale.

Voulant desservir la population, l’institution imprimait plus de 12 500 cartes d’identité quotidiennement avant les troubles politiques liés au « pays lock », rappelle monsieur Charles. Ces événements qui ont affecté grandement l’institution ont réduit considérablement le nombre d’impressions des cartes d’identité qui au niveau statique passe de 12 500 à 2 500 par jour après le pays lock.

À côté de cette baisse de production de carte d’identité, l’organisme étatique a subi diverses attaques qui ont été perpétrées contre plusieurs de ses locaux à Bainet, à Léogane, au Cap-Haïtien et à Port-au-Prince. Au Cap-Haïtien, le 17 novembre dernier, des individus non identifiés avaient mis le feu dans les locaux de l’ONI située à la rue 19 K, informe le directeur de communication.

Cet acte de pyromanie, dit-il, a engendré une perte de plus de 9 mille 500 cartes à l’institution puisque des milliers de cartes déjà imprimés ont été parties en fumée. Sur le plan matériel, l’ONI a aussi enregistré une perte d’une trentaine de chaises, des panneaux solaires et d’autres accessoires électriques et informatiques.

L’organisation qui dit avoir déjà imprimé plus d’un million de cartes à travers le pays compte mettre les bouchées doubles afin de rattraper le temps perdu durant les troubles politiques, car selon le directeur de communication, la quantité de cartes produites au total serait aujourd’hui le triple, n’était-ce pas, les troubles politiques du pays.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :