Mardi 4 Août, 2020

Dialogue politique: Jovenel Moïse fait appel à Religions pour la paix

Jovenel Moïse/ AFP

Jovenel Moïse/ AFP

Dos au mur, le président Jovenel Moïse invite la structure Religions pour la paix à titre de facilitateur dans le cadre d'un dialogue politique devant aboutir à un accord entre tous les secteurs. "Elles ont accepté", a informé dans la soirée du 26 septembre, le chef de l'Etat, démenti quelques heures plus tard par l'organisation. "On n'a dit ni oui ni non", précise Euvonie Auguste.

Dans un tweet publié dans la soirée du jeudi 26 septembre 2019, le président Jovenel Moïse a informé avoir sollicité l'aide des membres de cette structure interreligieuse dans le cadre d'un dialogue qui, espère-t-il, devrait aboutir à un "gouvernement d'union nationale". "J’ai sollicité les bons offices de Religions pour la paix afin de faciliter les discussions avec les différents secteurs devant aboutir à un accord politique face à la crise. Elles ont accepté", a écrit Jovenel Moïse, soulignant que "la Nation est heureuse de pouvoir ainsi compter sur ses filles et ses fils".

Mais quelques heures plus tard, une lettre de Religions pour la paix va prouver le contraire du message du président Jovenel Moïse. En effet, dans une correspondance responsive adressée au directeur de cabinet du président de la République le même jour, la plateforme a accusé réception de la demande et dit accueillir favorablement le principe. Toutefois, elle annonce que des correspondances seront envoyées dans le plus bref délai aux principales instances politiques constituant l'autre pôle de la crise, afin d'obtenir leur position relative à cette démarche.

"On n'a dit ni oui ni non", a précisé la vodouisante Euvonie Auguste intervenant sur plusieurs stations de la capitale de ce matin. Elle dénonce le fait pour le président, par sa précipitation, d'avoir entaché la réputation de la structure. "Certaines choses peuvent mettre les gens en danger", a-t-elle souligné. "On n'a pas encore dit oui. On lui a dit qu'on allait R.E.V.E.N.I.R... sur la question", a-t-elle conclu.

 

La démarche de solliciter la participation de "Religions pour la Paix" pour jouer le rôle de médiateur, intervient environ 48 heures après que le chef de l'exécutif s'est adressé à la nation pour demander une trêve politique. Dans son message préenregistré, Jovenel Moïse avait proposé la formation d'un gouvernement d'union nationale, pour sortir Haïti de la crise actuelle. Alors que l'opposition politique se radicalise, Moïse continue de multiplier ses appels au dialogue qui, jusqu'ici, ne bénéficient d'aucun écho favorable.

Rappelons que depuis plusieurs semaines, les mouvements de protestation anti-gouvernementaux s'amplifient à Port-au-prince et dans des villes de province. Les protestataires, de plus en plus violents, réclament la démission du président Moïse qui, selon eux, doit se mettre à la disposition de la justice et être jugé pour corruption entre autres.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :