Jeudi 23 May, 2019

Dialogue national. Jovenel Moise insatisfait du travail de Céant

Dialogue national. Jovenel Moise insatisfait du travail de Céant

Dialogue national. Jovenel Moise insatisfait du travail de Céant

Dans les locaux du Centre de Convention de la Banque de la République d’Haïti, le président Jovenel Moise a procédé à l’ouverture officielle du forum national autour du Pacte de Gouvernabilité devant permettre aux secteurs vitaux du pays de s’assoir et envisager des solutions communes pour sortir Haïti du bourbier.

Autour de la table, des hauts fonctionnaires de l’exécutif, des représentants du secteur privé des affaires, des membres du corps diplomatique et consulaire, des membres d’organisations féministes, syndicales, paysannes, de la société civile et de défense des droits humains, des représentants de certains partis politiques dont ceux de souche Lavalas, à savoir les anciens sénateurs Pierre Francky Exius, Louis-Gérald Gille et le dirigeant de ODEP-Haïti, Assad Volcy, le responsable du parti UNIR, François Nicolas Duvalier, le fils de l’ex-dictateur Jean-Claude Duvalier du parti PATRAYIL dirigé par l’ex-délégué départemental de l’Ouest Edner Louis Gonzague Day ont été remarqués lors de la cérémonie d’ouverture du forum national.

L’aile dure de l’opposition constituée de Pitit Dessalines, de Fusion des sociaux démocrates, du secteur autoproclamé démocratique et populaire a brillé par son absence. D’ailleurs, elle conditionne sa participation au dialogue national au départ de Jovenel Moise. Contre toute attente, le parti du pouvoir en place, PHTK n’a pas pris part aux discussions.

Des heures de retard se sont échappées de ce rendez-vous qui devrait marquer le début du dialogue national. Alors que la séance devait être lancée à 9 heures du matin, le chef d’État Jovenel Moise a fait son arrivée dans la salle à 11 heures. En attendant l’arrivée du président, le Premier ministre a pris la parole et a salué ceux qui ont épousé sa démarche de discuter autour des grands défis du pays à relever.

« Un grand merci au président de la République qui m’a permis de faire une expérience extraordinaire. Une expérience des hommes et des choses… », lance le chef du gouvernement qui s’est félicité du travail qu’il a réalisé. La satisfaction étalée par le notaire n’est pas partagée entre l’exécutif. Dans son discours, le président a exprimé son insatisfaction par rapport à l’absence de certaines personnalités qu’il juge importantes pour la réussite du dialogue.

En guise d’une petite nuance, le chef de l’État admet que Jean-Henry Céant n’aurait pas pu en seulement 60 jours arriver à convaincre tous les secteurs faisant allusion aux membres de l’opposition radicale. Jovenel Moise a, en ce sens, ordonné au chef du gouvernement de poursuivre les discussions afin d’amener tout le monde autour de la table des discussions avant le 7 février prochain, soit la date retenue par le numéro un de la nation pour le lancement officiel du dialogue national.

« S’il y a une satisfaction personnelle que je n’ai pas, c’est l’absence de certaines personnes. Vous devez aller les chercher. Elles doivent venir s’asseoir avec nous ! Aucun sacrifice n’est trop grand pour ce pays. Mettez-vous en quatre pour mettre tout le monde ensemble », a recommandé Jovenel Moïse à son Premier ministre.

De son côté, le professeur Victor Benoit du Rassemblent social démocrate qui participait aux assises juge insuffisante la période accordée au Premier ministre pour consulter les différents acteurs de la nationale. Le responsable politique pense également que les 36 mois qui restent du mandat du pouvoir en place ne seront pas suffisants pour pouvoir aborder les problèmes structurels du pays.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :