Mardi 26 May, 2020

Dialogue : Religions pour la paix ne va pas jouer le rôle de médiateur

Religions pour la paix

Religions pour la paix

Mauvaise nouvelle pour le président de la République. Religions pour la paix indique ne pas pouvoir jouer le rôle de médiateur dans le cadre du dialogue proposé par le chef de l'Etat avec les différents secteurs de la vie nationale.

Depuis plusieurs semaines, la tension monte à travers le pays. Des membres de la population élèvent la voix pour réclamer le départ du président de la République Jovenel Moïse. Pour calmer la fureur de la rue, le chef d’État a sollicité les bons offices de « Religions pour La Paix » afin de jouer le rôle de facilitateur dans les discussions avec l’opposition afin d’aboutir à un accord politique.

Pas de chance pour le président, Religions pour la paix a rejeté sa demande à la suite du refus exprimé par des partis politiques de s’attabler avec le chef d’État. Une correspondance a été adressée en ce sens au directeur du cabinet du président Jovenel Moïse, Nahomme Dorvil en date du 30 septembre 2019.

La structure interreligieuse informe avoir adressé des correspondances à trois principaux partis politiques pour leur proposer de s’assoir avec le pouvoir en place. Ces structures n’ont pas accepté de dialoguer avec Jovenel Moïse. Fort de cela, Religions pour la paix indique clairement qu’il est impossible de jouer de médiateur à un éventuel dialogue entre les protagonistes.

En février 2019 alors que le notaire Jean-Henry Céant était le chef du gouvernement, Religions pour la paix avait refusé de jouer le rôle de facilitateur dans l’établissement d’un couloir de communication avec l’opposition politique à la suite d’une sollicitation du locataire du Palais national. L'entité religieuse avait justifié sa décision par le désaccord de ses différentes branches.

« J’ai sollicité les bons offices de Religions pour la paix afin de faciliter les discussions avec les différents secteurs devant aboutir à un accord politique face à la crise. Elles ont accepté. La Nation est heureuse de pouvoir ainsi compter sur ses filles et ses fils », avait tweeté Jovenel Moise, la semaine dernière.

Quelques heures plus tard, une lettre responsive allait démentir les propos de Moïse. Dans sa correspondance, Religions pour la paix avait précisé qu'elle était favorable à la démarche mais qu'il leur fallait d'abord discuter avec les autres acteurs concernés. 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :